Humeur : La galerie Bleue à Marrakech

La Galerie Bleue à Marrakech  propose une rétrospective de l’œuvre d’ Ataallah (né en 1939 – Ecole des Beaux Arts de Tétouan -) du 16 avril au 08 mai…  Peintre absent « volontaire»  du paysage pictural marocain depuis plus de 30 ans, ces retrouvailles dans la capitale du Sud ont certainement valeur de symbole et de réconciliation… Voilà qui nous change en tous cas du train-train quotidien de nos Mammouths picturaux…
Ici comme ailleurs, il ne fait pas bon transgresser les codes de la peinture, celle d’Ataallah n’échappant  pas à la règle, au départ figuratif, et au fil d’une vie bien remplie (il fut professeur en France) en chemin vers l’abstraction et une écriture toute personnelle!
Ces toiles empreintes de luminosité sont  proches du dépouillement, le message va à l’essentiel…Austérité et force…
Thèmes et sujets complexes : circonvolutions & entrelacs – oppositions de bandes coloriées, pièges visuels. L’artiste reste à l’image de son œuvre ! Dérangeant, varié  et engagé… Engagé dans la vie sociale  d’ une époque, et discours sortant des sentiers convenus ! la totale donc !…
L’architecture géométrique de certaines séries dénote une attitude « subversive» et hors norme. Il  s’inscrit régulièrement  à contre-courant des modes qui font de cet artiste une des valeurs à découvrir et pour les plus âgés à redécouvrir !
L’œuvre d’Ataallah trace la frontière entre l’art moderne et l’art contemporain A la croisée des chemins en idéaliste tenace «clarté et ferveur».
Et si Ataallah voyait demain comme une une répétition d’aujourd’hui.
Le perpétuel recommencement en quelque sorte!

• Pandore

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *