Humeur : Le raz-de-marée asiatique en Bourse

Les catastrophes en Asie se sont introduites jusque dans les Bourses occidentales. Alors que les valeurs européennes du Tourisme valsaient en fin de semaine, celles de l’assurance buvaient la tasse, lundi, à l’ouverture. Les analystes financiers ont du coup tempéré leurs prévisons, suspendus désormais aux répercussions liées à la vague de tsunami.
Les valeurs des principaux opérateurs étaient dans le rouge en début de semaine. L’allemand TUI, premier TO au monde avait lâché 0,39% alors que son confrère suisse, Kuoni a opéré un plongeon à –5,3%. Le raz-de-marée a gagné en hauteur, obligeant les compagnies aériennes aussi au repli. Si une compagnie solide et ancienne comme Lufthansa a résisté, ce n’est pas le cas pour SWISS, retrouvé à six points au dessous de zéro. L’espagnol Iberia a aussi piqué du nez, cela bien que les prévisions continuent de placer les Canaries en tête des destinations susceptibles de gagner des points sur d’éventuels reports de destinations. Puissant, le Tsumani a fait vacillé aussi les valeurs en béton.
A Paris, le titre du groupe Accor a cédé presque un point alors que Club Med dont trois villages de vacances ont été touchés cédait 1,03%. L’impact de la crise sera terrible sur les assureurs qui ont déjà supporté l’attentat de Bali et la crise du SRAS. Le titre du groupe français AXA a imité Allianz en Allemagne et Zurich Financial Services. Les réassureurs baissaient également.
Le français Scor, l’allemand Munich Re et le helvète SWISS Re ont accusé le coup. Mais, estiment les analystes, il est encore beaucoup trop tôt pour dire quel sera l’impact de ces événements sur les finances . D’autant que, les assurances sont moins développées dans les pays touchés que dans les pays occidentaux et donc on peut penser que l’ensemble des dommages ne sera pas couvert, en tout cas au niveau des personnes , précise une maison d’assurance en France.
Le problème se posera surtout pour l’assurance des personnes. Les groupes internationaux présents dans la région, comme Accor ou Club Med, pourront aussi se faire rembourser des dommages, mais il n’a pas d’éléments précis sur les dégâts qu’ils ont subis et les polices qu’ils avaient souscrites. De ces éléments dépendront les montants des remboursements.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *