Humeur : Programmes immobiliers et autres billevesées ! Route de l’Ourika et ailleurs !!

Essayez de prononcer ce nom devant certains amoureux de Marrakech , et vous les entendrez se récrier, dresser le tableau apocalyptique de vastes étendues bétonnées. On y est désormais pile dedans…
Il restait encore intacte cette immensité à la sortie de Marrakech en allant vers l’ Ourika , préservé on ne savait trop comment de la voracité des promoteurs immobiliers , l’amateur pouvait encore y trouver quelques oasis de calme… pour peu qu’il vous ait pris l’idée de pousser le chemin , vous vous retrouviez au pied de la montagne dans un charmant village
C’est fini , loti , morcelé , saucissonné , viabilisé , éclairé et dans peu un faubourg de Marrakech construit d’ensembles immobiliers qui se voudront «de prestige» à des prix imbattables évidemment!
La capitale du Sud mériterait bien mieux que ces clichés détestables ( nous avons l’exemple d’Agadir qui paie cher le «tout béton» du front de mer des années 60 ) . Dans peu de temps, notre cadre de vie aura « le béton triste aussi».
Les conversations les plus courantes traitent quasiment quotidiennement de ces petites villas de Gueliz et de l’ Hivernage datant des années 50 détruites en quelques heures (n’y a-t-il pas moyen de classer certaines villas au titre de la protection des sites? ) , remplacées par des immeubles prétentieux «hollywoodiens» sans âme , et vides de locataires ( voilà qui nous rappellent l’exemple de Tanger et sa façade de mer peuplée d’immeubles vides sans fenêtres ni portes ouvertes aux quatre vents). D’autant plus que nos architectes, pourtant bien intentionnés sur le papier, nous «pondent» des ensembles qui bien souvent n’ont plus rien à voir ni d’inspiration avec l’architecture traditionnelle marrakchie , ses couleurs , la hauteur maximale des ensembles longtemps limitée au 3 étages etc… déplafonnés hardiment depuis quelques trois ans !
«Une belle foire d’empoigne» permanente, pour exemple de cette débandade organisée, ces deux immeubles digne de l’ époque Ceausescu place de la Grande poste Gueliz qui resteront un exemple particulièrement sidérant de mauvais goût et de bétonnage forcené …
Le pompon reviendrait en quelque sorte à cet immeuble dit de
« l’Irakien – suivez mon regard– «Posé comme un chou à la crème au «mauvais» milieu de l’avenue Mohammed V Gueliz, façade en aluminium doré ( afin de faire plus chic certainement ) quasiment vide depuis son ouverture , ses jardins suspendus laissant apparaître des arbres calcinés , des herbes folles … Tout cela sur une des plus belles perspectives du Maroc « la Koutoubia « se profilant à l’horizon de cette avenue ! Autre pompon de choix dans les dernières pontes constatées , ce futur hôtel situé à deux pas de l’ancien consulat d’ Italie toujours à Gueliz prenant le nom d’une mer russe ! dont la façade bombée , les décrochements de mur, les éléments d’architecture en fer forgé sont à classer dans les «grotesques»…
Dans la série des pompons «aériens» vous trouverez original en levant le nez du côté de l’avenue Moulay Rachid , de découvrir une terrasse en plein air au 8 ou 9ème étage toujours d’un hôtel , pourvu d’une décoration singeant des éléments végétaux et coulée dans le béton!
«Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué et surtout totalement hors sujet!»
Ce qui a fait le charme de Marrakech, c’était aussi cette ambiance de village , nous devons évidemment nous adapter mais est-ce une raison pour perdre notre âme ?
Une fois de plus, toute la question est là ! Trouver le bon équilibre , on en est loin actuellement !

• Pandore

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *