Humeur : Un guide gastro’ indépendant ou le Monstre du Loch Ness …

C’est un rituel désormais chaque année à la même époque avec une certaine constance sinon une réelle pugnacité… Je reviens sur l’utilité de la création d’un guide gastronomique maroco/marocain “sur le modèle du Michelin, Guide du Routard ou autre Guide Bleu”.
Plutôt que de se congratuler et se féliciter de la réussite de tel programme immobilier hôtelier assassinant d’ailleurs au passage un peu plus nos ressources phréatiques (je pense aux environs de Marrakech où l’on “tout bétonne” hardiment sans s’occuper des besoins des paysans encore installés tout autour ! On fore désormais à plus de 150 mètres). Ne serait-il pas plus judicieux de bétonner l’information d’abord, procéder à une véritable photo de l’infrastructure hôtelière et restauratrice ?
Bref… Mettre en place un “vrai” guide pertinent dans la jungle des “faux” guides actuellement en vente qui ne sont en fait qu’un autre prétexte à vendre des espaces publicitaires… il y a aussi situé “ hors circuit star système” de bonnes auberges, et autres relais de montagne qui mériteraient d’être reconnus, indiqués !
Le pays ne se réduit pas “touristiquement” à Marrakech, Fès et Agadir ! Notre crédibilité passe aussi et “surtout” par une information libre et déconnectée des pressions “amicales” des grands groupes touristiques entre autres.
L’indication pour l’ hôtellerie d’un visuel standard “1 tour” correspondrait à un hôtel simple, “2 tours” à un établissement confortable, “3 tours” à un relais luxueux etc, faisant aussi apparaître l’existence ou non de restaurants , bars & boutiques etc, le tout, testés librement… Indépendamment !
De même pour nos restaurateurs, l’attribution de “vraies” étoiles en relation stricte avec la qualité de leur cuisine… Plusieurs tables au Maroc peuvent y prétendre, l’attribution de vraies fourchettes ayant trait uniquement au confort, au décor, à l’accueil, etc… La nouvelle Fédération nationale des restaurateurs pourrait en faire son cheval de bataille ! Une classification hardie (un bar d’ambiance à tapas reste un bar d’ambiance, et un restaurant sera toujours un restaurant…) Le mélange des genres est nuisible à la profession !
Le demande est forte, le temps libre de nos visiteurs compté, les touristes bougent et ont soif d’informations vérifiées qui leurs donnent la meilleure probabilité de véracité!
La réalité des prix affichés surtout, car il faudra bien qu’un jour, nous nous posions cette question… qu’offre-t-on dans certains restaurants “branchés”, du rêve me répondront certains, je suis de ceux qui pensent que le soufflé peut redescendre et vite ! Si l’on n’y prend pas garde, ne tuons pas la poule aux oeufs d’or… la confiance se mérite, s’entretient. Voeux pieux, me direz-vous … On peux rêver tout de même de temps en temps?
NB : Le fameux Guide Rouge parait d’ailleurs dans quelques jours pour sa 96ème édition. Régulièrement – critiqué ou adulé – mais toujours attendu et craint.
(Au palmarès 2005, 1 nouveau 3 étoiles dans ce club très privé qui compte 26 restaurants, décerné au Clos des Cimes en Haute Loire. 11 autres tables confortent ou obtiennent leurs 2 étoiles, 402 maisons possédant 1 étoile… Et une foultitude d’autres bonnes adresses de quartier, de relais de campagne).

• Pandore

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *