identification du cheptel : Près de 740.000 ovins «bouclés» à Casablanca-Settat

identification du cheptel : Près de 740.000 ovins «bouclés» à Casablanca-Settat

Les préparatifs de l’Aïd Al Adha 1439 vont bon train au niveau de Casablanca-Settat. Le secteur d’élevage constitue un segment important de l’activité agricole de Casablanca-Settat, permettant à la région de participer à des taux importants dans les productions nationales.

Fief important de bétail, la région mène une opération réussie. En témoigne le nombre de têtes disponibles pour cette manifestation religieuse. Aïd Al Adha 1439 a cette une année une particularité. Le ministère de tutelle a imposé des mesures de suivi et de contrôle rigoureuses afin d’offrir aux consommateurs un cheptel de qualité. Ceci passe par le renforcement des actions d’identification et de traçabilité animales.

Au niveau de Casablanca-Settat, les éleveurs ont réagi favorablement à cette opération nationale. On compte à ce jour environ 740.000 têtes «bouclées» qui seront commercialisées au niveau des 6 souks ouverts dans la région, à savoir 4 à Casablanca et 2 à El Jadida et Mohammedia. «Bien que cette opération ait été lancée vers fin juillet, nous avons atteint des résultats très satisfaisants. Nous avons dépassé l’objectif des 600.000 têtes fixé au démarrage de cette opération. Nous entamons aujourd’hui une phase de ratissage au cas où il reste encore des têtes à identifier», nous confie Abderrahmane Naili, directeur régional de l’agriculture (Casablanca-Settat). Selon le représentant du département de l’agriculture au niveau de la région, l’opération d’identification, menée conjointement par la tutelle, l’ONSSA et la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (Fiviar), s’est déroulée dans de bonnes conditions. Une forte adhésion des «Kassaba» a été observée. Cette opération passe en effet par deux phases. La première consiste à approcher les éleveurs et les sensibiliser à l’importance de cette démarche. Les responsables de l’ONSSA effectuent par la suite des visites de terrain pour examiner l’état du cheptel. Plusieurs critères entrent en jeu. Citons en l’occurrence l’âge de la bête, sa vaccination et la qualité de son alimentation. «Tout un processus est suivi avant que l’identification soit acceptée. Une fois approuvée, la Fiviar procède au bouclage, à savoir l’apposition à chaque oreille de l’animal d’une boucle électronique portant un numéro national le concernant», explique M. Naili. Cette action vient en prévention des incidents constatés lors du précédent Aïd Al Adha.   Plusieurs cas de verdissement de carcasse du cheptel ont été constatés. Et pour cause : l’utilisation de substances non autorisées dans l’engraissement du bétail, notamment les fientes de volaille ainsi que le recours à l’utilisation frauduleuse ou abusive de substances pharmaceutiques. A l’approche de l’Aïd Al Adha, le ministère a multiplié ses rencontres de sensibilisation auprès de l’ensemble des parties prenantes (éleveurs, ordre des pharmaciens et bouchers). De même pour limiter le risque, 20 souks sont ouverts au niveau national pour la commercialisation des ovins identifiés.

L’accès à ces points est limité aux éleveurs ayant identifié leur cheptel. Le consommateur, quant à lui,  se voit délivrer un reçu d’achat lui garantissant le droit de réclamer au cas où il détecte une anomalie. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *