Il devance largement celui d’Ashegoda en Ethiopie : Parc éolien de Tarfaya : 200 MW de production

Il devance largement celui  d’Ashegoda en Ethiopie : Parc éolien de Tarfaya : 200 MW de production

Le parc éolien de Tarfaya, considéré comme étant le plus grand en Afrique, produit actuellement plus de 200 MW grâce à la mise en service de 88 turbines de 80 mètres, et qui est fournie exclusivement à l’Office national de l’eau potable et de l’électricité (ONEE) dans le cadre d’un contrat d’achat de 20 ans.

Ce parc devance largement celui d’Ashegoda (Ethiopie), qui compte 84 turbines et produit près de la moitié de mégawatts, soit 120 MW. Ce site bénéficie de conditions climatiques favorables en matière de vent, puisque le parc a un facteur de charge (c’est-à-dire un taux moyen de fonctionnement des éoliennes) de 45%. La puissance totale de ce parc sera de 300 MW. Le projet Tarfaya, d’un coût total de 450 millions d’euros, est financé à hauteur de 80% (soit 360 millions) via des emprunts souscrits auprès d’établissements marocains et le reste sur fonds propres à égalité entre GDF Suez et Nareva.

Sa construction s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme national intitulé le Projet marocain intégré de l’énergie éolienne. Il s’étale sur 10 ans (2010-2020) pour un investissement total estimé à 31,5 milliards de dirhams. Ledit projet permettra au pays de porter la puissance électrique installée, d’origine éolienne, de 280 MW en 2010 à 2.000 MW à l’horizon 2020. En puissance, c’est donc le développement de 1.720 MW qui est prévu d’ici à 2020 : Tarfaya (300 MW), Akhfenir (200 MW), Bab El Oued (50 MW), Haouma (50 MW) et Jbel Khalladi (120 MW).

Cinq autres sites d’une puissance globale de 1.000 MW sont aussi concernés : Tanger 2 (150 MW), Koudia El Baida à Tétouan (300 MW), Taza (150 MW), Tiskrad à Laâyoune (300 MW) et Boujdour (100 MW). À terme, le Projet marocain intégré de l’énergie éolienne a pour objectifs d’augmenter la part de l’énergie éolienne dans la capacité électrique totale à 14% à l’horizon 2020 et d’économiser en combustibles 1,5 million de tonnes équivalent pétrole annuellement, soit 750 millions de dollars US.

Ceci évitera l’émission de 5,6 millions de tonnes de CO2 par an. Le projet intégré de l’énergie éolienne combiné aux autres projets d’énergies renouvelables, tels que le Plan solaire marocain (200 MW à l’horizon 2020), sont le fruit de la stratégie énergétique du Maroc adoptée en 2009. Elle a pour objectif de porter à 42% la part des énergies renouvelables dans la production énergétique du pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *