PROMO ALM
PROMO ALM

Immobilier : 25.000 logements par an pour Casablanca

Immobilier : 25.000 logements par an pour Casablanca

La problématique de l’Urbanisme du Grand Casablanca est encore une fois à l’ordre du jour. L’Agence urbaine de Casablanca vient en effet de se pencher sur la question lors d’une rencontre organisée jeudi dernier. Une occasion de faire le point sur la situation urbanistique de la métropole.
Le constat est clair. Pour pouvoir combler le fossé entre le nombre d’habitations construites par an et une demande de plus en plus croissante en matière de logement, la ville de Casablanca est appelée à redoubler d’efforts en matière d’habitat. 
Les participants à cette rencontre ont ainsi souligné que l’amélioration des conditions de logement à Casablanca nécessite la réalisation de 25.000 logements par an jusqu’à l’horizon 2025, sachant que d’ici-là, le nombre de ménages connaîtra une progression estimée à 500 familles par an.
Mais pour l’instant, les conditions ne sont pas réunies. Le plan d’aménagement urbain actuel est largement dépassé et n’arrive plus à répondre au rythme urbanistique de la métropole, estimé entre 700 et 1.000 hectares par an. 
Pour redresser la situation, le Bureau chargé du schéma directeur urbain a mis l’accent sur la nécessité de répertorier le foncier public disponible pour faire face à des besoins croissants en matière de logement.
Il a également attiré l’attention sur l’impératif d’améliorer quantitativement et qualitativement le parc de transport, qui ne couvre actuellement que 30 % des besoins de la population. A cela s’ajoute un dysfonctionnement structurel concernant le secteur du transport des marchandises, notamment au niveau du chargement et du stockage dans un contexte marqué par une intensification du rythme des échanges commerciaux stimulés par l’ouverture du Maroc sur l’extérieur.
Pour relever tous ces défis et faire de la capitale économique un vrai pôle économique attractif aux niveaux régional et international, les participants ont souligné l’urgence d’élaborer un nouveau plan de développement stratégique ainsi qu’un schéma directeur adéquat et de prendre des mesures destinées à lutter contre la spéculation foncière, un phénomène qui a connu une grande ampleur. Ces mesures doivent être renforcées par un appareil administratif efficace et transparent.
Au niveau social, les efforts doivent être focalisés sur le développement des secteurs solvables et rentables, dans le cadre du "Plan Emergence" orienté, de façon prononcée, vers la promotion des secteurs aéronautique, automobile, touristique, financier et de distribution, parallèlement à la mise en place d’un modèle économique durable destiné à développer l’industrie d’exportation et stimuler le “marché domestique“, ainsi que l’encouragement de l’esprit d’initiative. Une batterie de mesures sont ainsi proposées pour résoudre l’éternelle problématique de l’urbanisme de la métropole. Encore faut-il sortir rapidement du cercle vicieux des effets d’annonce et des vœux pieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *