Immobilier : 50.000 baraques détruites en deux ans

Immobilier : 50.000 baraques détruites en deux ans

En deux ans, 50.000 baraques ont été détruites et 250.000 habitants relogés. Le bilan détaillé du programme « Villes sans bidonvilles » sera annoncé le lundi 24 juillet prochain, à Rabat.  Le lancement officiel de ce programme a été fait le 22 juillet 2004 par SM le Roi Mohammed VI, marquant ainsi une rupture avec les interventions passées des pouvoirs publics en matière d’éradication d’habitats insalubres.  C’est donc pour fêter le deuxième anniversaire de ce programme que le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme a choisi cette date pour dévoiler son bilan en présence de l’ensemble des intervenants dans le secteur. En substance, ce sont 50.000 baraques qui ont été rasées, dans différentes villes du Royaume, ce qui a permis à 250.000 bidonvillois de vivre dans des habitats salubres. «Par ailleurs, nous n’avons toujours pas atteint la vitesse de croisière souhaitée. Notre objectif est d’arriver à détruire 50.000 baraques annuellement et de permettre ainsi à 250.000 habitants de bénéficier de logements décents», annonce Taoufik Hejira, ministre chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme. En effet, le gouvernement a alloué 5,5 milliards de dirhams, pour la période 2004-2010, dans le cadre du projet  «Villes sans bidonvilles », sur un coût nécessaire de 17 milliards de dirhams. Cette somme a été allouée comme participation publique, englobant à la fois l’aménagement foncier, les subventions aux ménages, les dotations pour les fonds de garantie et les aides aux associations de microcrédit. Le programme « Villes sans bidonvilles » concerne 212.320 ménages sur une superficie globale de 5.179,68 ha et s’étale sur trois périodes : 2005-2006, 2007-2008 et 2009-2010. « Le Maroc offre un bon exemple de pays qui, à travers son programme ambitieux «Villes sans bidonvilles», se fixe pour objectif d’éradiquer les bidonvilles d’ici 2010 », relève-t-on dans le rapport 2006-2007 de l’Onu-Habitat, présenté vendredi 16 juin, à New York. C’est dire que ce projet est suivi par des instances mondiales. Au ministère de tutelle, l’objectif de départ est de raser 1000 bidonvilles répartis sur 70 villes, dont une bonne partie est concentrée dans les villes Rabat, Casablanca, Agadir et Kénitra. Et c’est vers la fin de cette année que l’on annoncera les premières «Villes sans bidonvilles ». Meknès, Salé et Khouribga sont programmées.


 Le BTP en hausse


Le secteur du Bâtiment travaux publics (BTP) pourrait connaître une amélioration de 7,4 % en 2006, contre 5,9 % une année plus tôt, selon les dernières prévisions du Haut Commissariat au Plan. Cette amélioration s’explique par la poursuite de la réalisation des grands projets d’infrastructure et d’habitat social et la hausse des ventes de ciment de 8,8 %, en variation annuelle, parallèlement à une hausse de 26,3 % des crédits accordés à l’immobilier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *