Immobilier : Le groupe Jamaï se diversifié

Immobilier : Le groupe Jamaï se diversifié

Vendredi 5 mai 2006, le groupe Jamaï donnera le premier coup de pioche à son complexe immobilier à Tamansourt, la ville nouvelle de la banlieue de Marrakech. D’une capacité globale de 13.000 logements, le projet Jamaï dans la nouvelle ville ocre entre dans le cadre des conventions de partenariat signées ces derniers mois entre le promoteur et le gouvernement marocain. « C’est une diversification qui s’est imposée. Nous voulons, comme nous l’avons toujours fait, accompagner la dynamique de développement que connaît actuellement le secteur de l’habitat et de l’immobilier», a expliqué Rachid Jamaï, directeur général du groupe lors d’une rencontre avec la presse, tenue mardi 2 mai 2006 à Casablanca en marge du colloque international des architectes (voir article en bas).
Et d’ajouter : «A Casablanca, le problème de la disponibilité du foncier se pose avec acuité. Ailleurs, l’Etat offre de grandes facilités pour les promoteurs désirant développer l’offre en logements dans différentes régions du Royaume». Et les villes nouvelles sont une aubaine pour ces professionnels du bâtiment. A l’instar d’autres groupes immobiliers, Addoha notamment, les opportunités extra-Casablanca ont vite été saisies par le groupe Jamaï. En plus des 13.000 logements prévus à Tamansourt, le groupe a signé la convention de quelque 14000 logements à Tamesna, la nouvelle ville dans la banlieue de Rabat. Les conventions de partenariat public-privé ont été signées en octobre 2005 avec le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme. Les chantiers devraient démarrer courant l’année 2006. Le groupe a également étendu son activité vers la ville de Tanger.
Dans la capitale du détroit, il prévoit la création d’un complexe résidentiel de luxe, composé de quelque 1000 villas dans la région de Malabata. Sur le front de mer, ce projet s’étendra sur une superficie globale de 32 ha. En parallèle des projets, le groupe étend sa présence dans ces villes choisies à travers l’implantation de sites de production de matériaux de construction. A Marrakech, un terrain a été acquis pour monter une carrière. «Nous suivons le même schéma qu’à Casablanca. La stratégie du groupe est, en effet, d’essayer de contrôler une grande partie de la chaîne logistique. L’expérience nous a montré que de cette manière, l’on arrive à réaliser de grandes économies de temps et de moyens», précise Rachid Jamaï.


 Le groupe Jamaï en chiffres


Date de création : 1995
Premier projet : Anassi à Casablanca
Nombre de logements construits : 25.000
Nombre de logements en construction : 18.000
Nombre de logements en projet : 28.000
Villes d’implantation : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech
Secteur d’intervention : Logements social, économique, résidentiel et touristique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *