Immobilier : Un plan pour réduire la crise d’ici quinze ans

L’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) a détaillé, mercredi, ses propositions pour résoudre la crise du logement d’ici «quinze ans», parmi lesquelles un mécanisme permettant de transférer au parc social la gestion de logements privés.
«Je peux affirmer que, dans quinze ans, la crise du logement sera derrière nous», a lancé Jean Perrin, président de l’UNPI en présentant à la presse la deuxième édition de son livre blanc de sa fédération qui réunit 247.000 propriétaires-bailleurs.
Sur un parc global de 26,5 millions de logements en France, 57% des occupants sont propriétaires, et 43% locataires, dont 24,7% dans le parc privé, appartenant à des propriétaires-bailleurs et 18,6% dans le parc public.
Reste que, selon les sources, entre 500.000 et 800.000 foyers sont en attente d’un logement, voire même un million pour les plus alarmistes.
Pour arriver à «éradiquer le mal-logement», et faire face à «l’insuffisance structurelle du parc public», l’UNPI propose notamment une collaboration étroite entre propriétaires privés et responsables du parc public, via «la cession temporaire d’usufruit aux HLM».
Selon ce mécanisme imaginé par l’UNPI, un propriétaire privé mettrait son bien à disposition d’un organisme HLM en lui cédant l’usufruit pour une durée déterminée. Le parc social gagnerait ainsi immédiatement des logements souvent situés en centre-ville, favorisant ainsi la mixité sociale, et le propriétaire serait assuré d’un revenu sans avoir la charge de la gestion.
L’Union plaide à nouveau pour «un meilleur équilibre» entre les droits des propriétaires et ceux des locataires, pour sortir de la situation actuelle que résume Jean Perrin ainsi : «avant l’entrée dans les lieux, le propriétaire a tous les droits, après c’est le locataire».
«Des logements vides ne sont pas sur le marché de la location en raison trop souvent de très mauvaises expériences pour les propriétaires», déplore-t-il. Selon lui, «des mesures fortes de rééquilibrage locatif permettraient de convaincre 10 à 20% des propriétaires» de louer leur logement vide.
Sur près de 2 millions de logements vides recensés en France, 300.000 logements pourraient ainsi être remis sur le marché «quasi instantanément», estime M. Perrin.
L’UNPI demande également que les aides publiques au logement soient réorientées, la création d’un statut pour le bailleur et une politique pour favoriser l’accès à la propriété des locataires d’HLM.
Ainsi, «la France pourrait enfin devenir «un pays de propriétaires» comme l’a souhaité le président Nicolas Sarkozy», assure M. Perrin.
Depuis 20 ans, et malgré toutes les aides, la proportion de propriétaires n’a pas augmenté en France, autour de 56%, alors qu’elle est de 75% en moyenne en Europe, rappelle l’UNPI.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *