Actifs immobiliers : Les prix du résidentiel grimpent de 7%

Actifs immobiliers : Les prix du résidentiel grimpent de 7%

Une évolution différenciée de l’indice des prix des actifs immobiliers à fin juin. La ventilation mensuelle démontre une baisse de 1,3% par rapport au premier trimestre de l’année. Cette dépréciation résulte de la baisse de 1,2 % des prix du résidentiel ainsi que des replis de 0,8% du prix du foncier et de 4,7% des biens à usage professionnel. En revanche, une hausse importante est relevée en glissement annuel. Bank Al-Maghrib relève dans sa dernière publication une croissance de 6,2% de l’indice des prix des actifs immobiliers suite à la hausse de 7% des prix du résidentiel, de 5% du foncier et de 6,9% des biens à usage professionnel.  De ce fait, le volume des transactions s’est légèrement consolidé par rapport au premier trimestre. Il a évolué de 0,8% comparé à fin mars, recouvrant la hausse des ventes du résidentiel. Elle est estimée à 4% par rapport au premier trimestre au moment où les ventes des terrains et des locaux à usage professionnel ont chuté respectivement de 5,7 et 10,9%. Sur l’année, les ventes ont reculé de 1,3% par rapport à la même période de l’année précédente, reflétant ainsi des baisses de 0,3% pour les transactions du résidentiel, de 8,1% pour le foncier, le tout conjugué à une hausse de 6,4% pour les actifs à usage professionnel. Tour d’horizon des principales tendances immobilières au deuxième trimestre de l’année.

Les bureaux bien cotés

Le prix du résidentiel a grimpé de 7% sur l’année. Cette progression résulte en grande partie du pic qu’ont connu les prix des appartements. Le prix aurait augmenté, selon Bank Al- Maghrib, de 9% au moment où il se situe en léger repli par rapport au premier trimestre de l’année (-0,5%). Suite à cette hausse, les ventes du résidentiel se sont repliées de 0,3% par rapport à la même période de l’année passée. Les ventes de villas se sont ainsi repliées de 12,3%. Il en est de même pour les maisons dont les transactions ont reculé de 10,4% par rapport à l’année précédente. Les ventes d’appartements sont restées stables grimpant à peine de 0,6%. Les prix du foncier ont augmenté, pour leur part, de 5%. Ils ont, en revanche, diminué de 0,8% par rapport à fin mars 2017. Par ailleurs, leurs ventes sont toujours en régression. La baisse est évaluée à 5,7% au niveau trimestriel et de 8,1% au niveau annuel.  Quant aux actifs commerciaux, l’indice des prix affiche une hausse de 6,9% tirée par une progression de 5,8% des prix de locaux commerciaux et de 16,2% pour les bureaux. Et pourtant, leurs ventes  ont continué de se consolider affichant des transactions en hausse de 6,4%. Ainsi, les ventes de bureaux ont augmenté de 44,9% par rapport au même trimestre de l’année dernière. Celles de locaux commerciaux se sont améliorées de 1,7%.

Ça stagne à Casablanca

Si on les compare au premier trimestre de l’année, les prix des actifs immobiliers ont chuté dans les principales villes du Maroc, et ce à l’exception d’El Jadida et Marrakech. A Casablanca, les prix ont quasi  stagné, résultat d’une progression de 1,6% pour les appartements et des baisses de 2,3% pour les terrains et de 3,5% pour les locaux commerciaux. Les prix ont baissé de 4,2% au niveau de Rabat, traduisant des diminutions de 4,8% pour les appartements et de 8,2% pour les locaux commerciaux. A l’inverse, les prix des terrains se sont renchéris de 1,6%.
Au niveau de Marrakech, l’IPAI n’a pas connu de variation d’un trimestre à l’autre, la baisse de 0,8% des prix des appartements ayant été contrebalancée par les progressions de 0,5% de ceux des terrains et de 1,7% de ceux des locaux commerciaux. En revanche, les transactions  ont connu des évolutions mitigées allant d’une baisse de 10,4% des ventes à Agadir à une hausse de 21,5% à Rabat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *