Actualité

Nantissement des marchés publics : la réforme en marche
La Fédération nationale des BTP a tenu la semaine dernière une réunion technique avec les responsables de la Direction de la comptabilité publique et la centralisation, relevant du ministère de l’Economie et des Finances, apprend-on sur le site web de la fédération (www.fnbtp.ma).
Une réunion qui a été consacrée à l’examen du projet de réforme du Dahir du  28 août 1948 relatif au nantissement des marchés publics et des propositions de  réformes à apporter au Code du commerce pour adapter la cession des créances aux  marchés publics. L’essentiel de la réunion a été consacré à l’examen du texte sur le nantissement qui vise à sécuriser cette activité. Concernant la cession des créances, un projet a été transmis par la Caisse marocaine des marchés, peut-on lire sur le même site.
L’objectif de ces rencontres est de préparer la prochaine réunion qui sera tenue sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances. Il est également question d’une lettre qui sera adressée au Premier ministre présentant le projet d’amendement au Dahir sur le nantissement des marchés publics, les propositions d’articles à introduire au Code du commerce concernant la cession des créances issues des marchés publics et un projet opérationnel visant la mise à niveau de la Caisse marocaine des marchés, notamment par la mise sur pied d’un Fonds de garantie, le développement  du partenariat avec les banques, l’adaptation par Bank Al Maghrib du système de  pondération et l’orientation de l’intervention de la caisse au profit des PME.

L’Institut de formation aux métiers du BTP en 2007 à Settat
Lors d’une réunion qui a été tenue dernièrement, présidée par le wali de la Région de Chaouia Ouardigha et consacrée à la mise en place d’une stratégie de développement stratégique de la région, il a été question de l’Institut de formation aux métiers du BTP qui ouvrira ses portes à Settat pour la rentrée 2007. Une manière d’encourager les jeunes diplômés à choisir de faire carrière dans ce domaine d’activité économique, plus que jamais appelé à se développer vu la dynamique d’habitat que connaît actuellement le Maroc.

440.000 nouveaux logements en trois ans
Taoufik Hejira, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, a annoncé le lancement de grands projets d’habitat lors des trois années : 2003, 2004 et 2005. Des projets qui sont au nombre de 520 et qui concernent la réalisation de 440.000 unités de logements. Le coût global de ces projets est estimé à 31 milliards de dirhams.

Habitat social : 150 millions dollars de la Banque mondiale au Maroc
Après l’annonce, place à la signature officielle. La Banque mondiale avait, il y a quelques semaines, annoncé l’octroi pour le Maroc d’un prêt de 150 millions de dollars destinés au développement du secteur de l’habitat. Un accord a été signé dans ce sens, lundi dernier à Rabat, par le ministre des  Finances et de la Privatisation, Fathallah Oualalou, et le directeur du département Maghreb à la Banque mondiale, Thèodore Ahlers. Cette opération se décline en deux tranches d’une contre-valeur de 90 et 60 millions de dollars.
La première étant décaissée après l’entrée en vigueur de l’accord de prêt, et la deuxième dans les 18 à 24 mois qui suivront, après discussion avec le gouvernement quant aux progrès accomplis dans la réalisation des réformes. Ce prêt est la première opération mise en place dans le cadre de la stratégie de coopération 2005-2009 entre le Maroc et la Banque mondiale, et qui porte, entre autres axes stratégiques du développement, sur la relance de la croissance et la création d’emplois, et l’amélioration de l’accès des couches pauvres de la population à des services de base de qualité.
En vertu de l’accord, la Banque mondiale appuiera le premier objectif par un train de réformes et de mesures visant à moderniser les normes et réglementations régissant l’urbanisme, à restructurer et réorienter les  organismes publics du secteur de l’habitat, et à rationaliser et simplifier la  fiscalité et les aides immobilières.
Quant au deuxième objectif, il sera soutenu par des mesures visant à  étendre les programmes des bidonvilles urbains par le biais d’approches de  marché, à améliorer l’efficacité du marché locatif résidentiel et à étendre  l’accès au crédit hypothécaire pour les ménages à revenus modestes ou irréguliers.

De l’eau pour Foum El Oued et Laâyoune Plage
Dans le cadre de son programme de généralisation de l’accès à l’eau potable, l’Office national de l’eau potable a mis en service le projet de desserte en eau potable de la population du centre de Foum El Oued et Laâyoune Plage à partir des installations de production de la ville de Laâyoune pour une capacité de production de 20l/s. Ce projet a consisté en la pose de 24.600m de conduite d’adduction et du réseau de distribution d’un diamètre variant entre 63 et 225 mm, l’équipement d’une station de pompage de 20l/s ainsi que la construction d’un réservoir surélevé de 500 m3.
Le projet a été réalisé dans un délai de douze mois pour un coût global de 11 millions de dirhams. Au-delà de la couverture des besoins en eau potable de la population concernée, ce projet aura des retombées économiques et sociales importantes dont notamment la participation au développement du secteur du tourisme et l’amélioration des conditions sanitaires des populations.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *