Al-Omrane tient son conseil

Al-Omrane tient son conseil

Le Vendredi 11 mars les responsables de la politique de l’habitat et de l’urbanisme était réuni autour de la même table. L’occasion était la tenue du conseil de surveillance du holding d’aménagement al-Omrane.
Présidé par le Premier ministre, ce conseil a connu la participation de plusieurs membres du gouvernement et de Taoufik Hejira, ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, ministre de tutelle. A noter que cinq autres ministères siègent à ce conseil : Aménagement du Territoire Environnement et Eau, Intérieur, Finances et Privatisation, Equipement et Transports et Développement Social et Solidarité. Le directeur général de la Caisse de Dépôt et de Gestion, Mustapha Bakkouri, ainsi que le président du directoire du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, M. Kabbaj, ont été egalement présents.
Beaucoup de chiffres ont été annoncés lors de ce conseil de surveillance. Des chiffres qui se rapportent essentiellement au programme consolidé du holding al -Omrane. Ce programme prévoit un total de mises en chantier de 197 000 unités et un investissement de l’ordre de 5,3 milliards de dirhams. Quant au premier plan d’action du Holding au titre de l’exercice 2005, il prévoit un investissement de 2,46 milliards de dirhams et la mise en chantier de 109 projets d’une consistance de plus de 84 000 unités. Cet investissement est financé principalement par les produits de vente de près d’un milliard de dirhams, par des subventions à hauteur de 650 millions de dirhams et des emprunts internationaux à concurrence de 450 millions de dirhams.
Le conseil a également tracé les grandes lignes de l’action des organismes publics d’habitat qui sont appelés à soutenir ce rythme pour atteindre les résultats escomptés au niveau de la cadence de production du logement social que le programme du gouvernement de Driss Jettou a fixé à 100 000 unités par an. Ce dernier a d’ailleurs rappelé que le rythme des mises en chantier a doublé pour atteindre 200 000 unités par an, dont 50 % représentent la contribution du secteur privé, dans le cadre de la première étape de mise en œuvre de ce programme gouvernemental en matière d’habitat. Le rôle des agences urbaines, dont les directeurs siègent également au conseil de surveillance, a été mis en valeur par le Premier ministre. Ce dernier a ainsi exhorté ces agences à stimuler et accompagner l’investissement et agir en tant qu’outils au service du développement urbain notant que plusieurs initiatives ont été prises pour l’instauration du guichet unique et la réduction des délais d’autorisation.
Pour atteindre ces objectifs, de nombreuses mesures ont été prises, à commencer par le projet de refonte des organismes publics sous tutelle du ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme. Un processus dont la première phase, se rapportant a fusion des sociétés ANHI, SNEC et Attacharouk, a été achevée.
Lors de cette première phase, il a été procédé à l’assainissement de la situation financière de ces organismes, notamment par la liquidation de la dette des ERAC envers le CIH et la consolidation des avances et soldes des opérations FNAET dans les fonds propres de ces organismes. « Ce qui leur permet de remplir désormais leur mission avec l’efficience requise », estime un communiqué du ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme. La deuxième phase de ce processus de refonte sera concrétisée en 2005 par la transformation des ERAC en sociétés qui deviendront filiales du Groupe al-Omrane, et par la création de nouvelles sociétés pour compléter la couverture territoriale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *