Au secours d’«Al Mankoubine»

Au secours d’«Al Mankoubine»

Al Mankoubine, ou sinistrés, est un bidonville qui porte bien son nom. Ces familles venues de la région de Ksar Kébir, ravagée vers la fin des années 60 par des inondations. Elles étaient au nombre de 82. Arrivées à Tétouan, elles ont été logées dans l’enceinte d’une ancienne caserne militaire espagnole.
Depuis, elles ont atteint le nombre de 172, sans que leurs conditions de vie ne changent d’un iota. Les petites baraques sont restées les mêmes ,alors que la population qui y réside a plus que triplé. Et comme conséquence inévitable, les conditions de vie se sont beaucoup dégradées. «C’est devenu quasiment insupportable.
En été, nous étouffons alors qu’à la moindre averse de pluie, nos baraques se trouvent inondées», se plaint une quinquagénaire qui a passé plus de la moitié de sa vie à Al Mankoubine. Et d’ajouter : «i tous les ménages pratiquement disposent de l’électricité, ils sont obligés de faire la queue aux quatre fontaines du bidonville pour s’approvisionner en eau potable. Pour ce qui est des canalisations d’eaux usées, n’en parlons même pas. Faites un petit tour en hiver et vous aurez la nausée à force de sentir les odeurs nauséabondes de ces eaux non collectées». Face à ces conditions, l’annonce du relogement de ces familles faite, il y a de cela une dizaine de jours, dans le cadre de l’Initiative nationale de développement humain (INDH) a eu l’effet d’une délivrance.
Un relogement qui a été initialement prévu dans le cadre du programme national «Ville sans bidonvilles » qui avait pour objectif d’assainir la situation urbanistique de la ville de Tétouan à l’horizon 2007, signalons-le. Nécessitant un investissement global de 23,98 millions de dirhams, ce projet dont le lancement a été effectué par SM le Roi Mohammed VI, a été initié dans le cadre d’un partenariat entre le Fonds de solidarité pour l’habitat (7,2 millions DH), le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme (6,18 millions DH), le Conseil provincial (3,7 millions DH), les bénéficiaires (3,6 millions DH), la Commune urbaine de Tétouan (1,3 million DH) et l’INDH (2 millions DH). Le relogement s’effectuera au lotissement Tamouda II, situé à l’entrée de la ville de Tétouan.
Ce dernier, rappelons-le, comprend 257 lots à usage d’habitat et des lots d’équipements  divers (espaces verts, terrain de sport et places publiques). Les conditions financières de l’acquisition des maisons qui seront construites ont été spécialement étudiées. C’est ainsi que les populations concernées contribueront à hauteur de 23 % du coût global de chaque maison de 70 m2. Chaque ménage paiera donc la somme de 26.000 DH pour l’acquisition d’une habitation qui en coûte 112.000 DH.
Une somme versée suivant un  échéancier adéquat : avance de 6.000 DH, versement de 10.000 DH après un an et  10.000 DH après deux ans. Les intéressés pourraient procéder à la surélévation des maisons une fois leur dû acquitté et le titre foncier en poche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *