Des crédits au choix

Des crédits au choix

Disposer de plusieurs centaines de milliers de dirhams, à même de permettre de financer l’achat d’un bien immobilier, n’est pas à la portée de tout le monde. Ménages et entreprises préfèrent avoir recours aux services d’un organisme de crédit ou de leur banque pour financer un achat très conséquent. Même si l’acquéreur dispose de la somme demandée, financer l’achat d’un bien immobilier à crédit peut avoir de nombreux avantages avec aisance à disposer de son argent.
Pour de nombreuses personnes, le prêt amortissable est la meilleure solution. Les échéances remboursées par l’emprunteur sont constituées de la cotisation d’assurance, d’une partie du capital, d’une partie d’intérêt et autres frais. Les emprunts sont en général remboursables par annuités constantes comme ils peuvent être versés chaque semestre, trimestre ou mois. Une chose doit cependant être respectée : le remboursement doit être payable à intervalles de temps réguliers. Prenons l’exemple d’un prêt de 300.000 dirhams remboursable sur 12 années avec un taux de 9,5%.
Le remboursement de cette somme chaque année doit englober donc les intérêts, la TVA, la prime d’assurance, la fraction du capital remboursé annuellement et la fraction du capital restant dû après le remboursement de chaque annuité. L’intérêt de la première année sera de l’ordre de 28.500 dirhams. La TVA quant à elle sera de 1995 dirhams. Un autre type de prêt existe et a pour principales caractéristique de différer l’amortissement de la somme empruntée. Le prêt avec différé d’amortissement est, comme son nom l’indique, un mécanisme qui offre à l’emprunteur la possibilité pendant plusieurs mois, soit de ne payer à l’établissement prêteur que les intérêts du prêt, sans le remboursement du capital, soit avec un report du capital et de l’intérêt. Une dette de 300.000 DHS peut être par exemple remboursable en 12 annuités constantes avec un différé du capital pour 2 ans. Le taux est toujours de 9,5%.
Certains choisissent cette formule de crédit immobilier, ou le remboursement du capital se fait en bloc à la fin de la dernière échéance avec bien entendu l’intérêt. Pour un même capital emprunté et une même durée, les échéances de la formule in fine sont inférieures à celles de la formule amortissable du fait que le remboursement graduel n’englobe que les intérêt, la TVA et l’assurance. Pour revenir à l’exemple du prêt de 300.000 dirhams avec un taux d’intérêt de 9,5% toujours, l’emprunteur versera 28.500 Dirhams d’intérêt chaque fin d’année. Il ne remboursera le montant initial du prêt, celui de 300.000 dirhams qu’à la fin de la dernière année du prêt en plus bien évidemment du versement des 28.500 dirhams d’intérêt annuel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *