Des toits pour les étudiants

Des toits pour les étudiants

La CDG s’intéresse de près aux résidences universitaires à travers sa filiale, la Compagnie immobilière et foncière marocaine (CIFM). Cette dernière a signé le 13 octobre dernier une convention avec le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique concernant la construction de résidences pour étudiants. Le délai de mise en place de ces projets est de trois années. Elle concerne la création d’un millier de lits. Le premier de ces projets sera réalisé à Rabat, à Madinat Al Irfane plus précisément. Les termes de cette convention signée entre les deux parties sont clairs. En effet, il y est nettement défini que le lancement de chaque projet donnera lieu à un cahier des charges qui sera réalisé en concertation avec le président de l’université concernée et/ou le directeur de l’Office national des oeuvres universitaires, sociales et culturelles. Le même jour (13 octobre), une seconde convention a été signée entre la compagnie et l’Université Mohammed V de Rabat pour la construction et l’équipement d’une résidence de 800 lits sur une surface de 13.000 m2. Le budget de cette première opération est estimé à près de 30 millions de dirhams. La maîtrise d’ouvrage, les études et la réalisation seront assurées par la CIFM. Cette dernière, signalons-le, cherche à diversifier ses activités.
Dans le cadre de sa vocation et de ses missions d’origine, la compagnie s’est fixée pour objectif de consolider son activité de promoteur immobilier, à travers la réalisation d’importants projets d’habitat social. Elle entend, également dynamiser son activité, en favorisant l’ouverture sur de nouveaux métiers dans le cadre de la gestion pour le compte de tiers, et le développement d’une promotion immobilière au service de l’habitat social. Outre la promotion immobilière et la réalisation de nombreux programmes d’habitat économique et social, la CIFM joue un rôle de grande envergure en matière de gestion locative et accompagne le développement économique et social du pays.
C’est dans ce sens d’ailleurs que s’inscrit l’intérêt de plus en plus grandissant qu’elle porte aux résidences universitaires. Un intérêt qui tend à remplir un vide criard à ce niveau au Maroc. En effet, l’infrastructure existante en matière de logement des étudiants est loin de satisfaire la demande croissante en la matière. Que ce soit à Rabat, Casablanca, Fès, Oujda, Meknès, Marrakech, Tanger ou encore Agadir, nombreux sont les étudiants qui ne trouvent pas où se loger au sein des cités universitaires.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *