Habitat rural : Le parent pauvre

Habitat rural : Le parent pauvre

Au Maroc, pendant longtemps, l’habitat social concernait uniquement les ménages citadins. Aucune importance n’était accordée aux ruraux et à leurs conditions de vie. Pour pallier à ce manque, une opération d’assistance technique de l’habitat social en milieu rural a été lancée récemment à Fès, initiée par l’Agence urbaine et de sauvegarde de la ville (AUSF).
Une opération qui a pour principal objectif d’améliorer les conditions de vie et du cadre bâti dans les campagnes. Concrètement, il s’agit de fournir aux populations rurales tous les moyens d’accéder aux études et à l’assistance technique nécessaire pour construire leurs demeures dont la consistance se limite à deux niveaux au maximum, d’une superficie de 100 à 150 mètres carrés. Les bénéficiaires de cette opération auront gratuitement les plans et documents nécessaires à la construction de leurs logements.
L’établissement des plans et documents de construction tient compte des spécificités et cachets locaux des zones concernées (styles : rifain, semi-saharien, moyen atlas…). Les plans ont cependant cette particularité qu’ils allient des techniques traditionnelles et modernes. Plusieurs plans de référence ont été dressés et serviront de modèles particulièrement dans la réalisation d’habitats ruraux avec écurie moyenne pour une famille moyenne, avec étage et grande écurie pour les familles désirant investir davantage dans la construction.
Pour ce faire, l’Agence urbaine et de sauvegarde de la ville de Fès (AUSF) a réservé une enveloppe budgétaire de l’ordre de 400.000 dirhams pour faire aboutir cette opération. Quelque 320.000 DH proviennent du Fonds Solidarité Habitat (FSH) alors que l’autre partie émane directement du budget général de l’état. Cette enveloppe budgétaire vise à financer la réalisation de la première étape de cette opération, qui prévoit l’accomplissement de quelque 200 plans de logements en milieu rural. Au sein de l’AUSF, on tient à préciser que les frais de réalisation de ces plans pilotes, d’une valeur de 2.000 DH chacun, couvrent à peine les coûts de déplacement de l’architecte sur les lieux concernés pour superviser les travaux.
«Cette action ambitionne l’amélioration du paysage rural tout en assurant un habitat décent aux habitants conforme particulièrement aux critères de salubrité et de sécurité», a souligné Abdelkader Ben Bassou chef du département des études de l’AUSF dans des propos relayés par l’agence MAP. Et d’ajouter : «Cette action profitera à toutes les communes rurales de la région de Fès-Boulemane à l’exception particulièrement des communes situées dans les zones périphériques des villes de Fès et Sefrou qui feront l’objet d’actions particulières en parallèle, qu’elles soient des zones à restructurer ou des zones d’études spécifiques, des centres chefs-lieux des communes dotés de plans d’aménagements homologués, des lotissements autorisés et des zones concernées par des conventions particulières ».
Cette opération-pilote vise donc à redonner à l’habitat rural l’importance qu’il doit normalement avoir. En effet, si plusieurs avancées ont été réalisées en matière de maîtrise de certains processus de production de l’espace urbain et de sa gestion, c’est un échec patent de l’intervention sur l’habitat rural que l’on constate. Un échec qui saute aux yeux même dans les campagnes qui ont connu une modernisation agricole certaine. Nulle part donc l’habitat rural n’a enregistré une évolution comparable aux progrès réalisés dans le domaine de la production agricole et économique notamment.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *