Kénitra en guerre contre les bidonvilles

Kénitra en guerre contre les bidonvilles

Kénitra est une autre ville qui affiche l’ambition de se débarrasser de ses bidonvilles. La ville figure en effet en tête de liste des agglomérations qui sont concernées par le programme national «Villes sans bidonvilles». C’est dans ce sens qu’une convention, intitulée «Contrat médina», prévoyant l’éradication de l’habitat insalubre dans la capitale du Gharb, a été signée entre les autorité de la ville et le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme.
Ce contrat portera en totalité sur le relogement et le recasement de quelque 13.442 ménages à l’horizon 2007. La première tranche de ce programme général touchera 8.966 habitants, à reloger dans 18 quartiers, et ce sur trois étapes, à savoir le relogement de 6.660 habitants sur des parcelles de terrains équipés, la restructuration de quartiers hébergeant 1.956 familles et le relogement 350 familles de Douar Al Askar, dans le cadre d’un programme qui sera prochainement élaboré avec le concours de l’Office des logements militaires. La réalisation de ce programme nécessite une superficie de 385 ha et une enveloppe budgétaire de près de 703 millions de DH dont 127,4 millions DH seront financés par le Fonds de solidarité pour l’habitat.
En parallèle avec le «Contrat médina», plusieurs projets de lutte contre l’habitat insalubre ont été initiés à Kénitra. En effet, jusqu’à décembre 2001, 70 opérations portant sur la construction de 74.500 logements, ont vu le jour. D’autres projets immobiliers, 17 au total, sont en cours de réalisation. Ils prévoient la construction de 19.500 logements avec une enveloppe financière de près de 655 millions de DH. L’Etat se charge de verser 37,02 millions de DH. Il est à rappeler que le programme national «Villes sans bidonvilles» concerne un total de 67 villes, soit plus de 201.000 ménages. 60.000 d’entre eux sont concernés par des opérations en cours de réalisation.
Pour sa mise en oeuvre, ce programme nécessite dans sa globalité la mobilisation de près de 2500 ha et un investissement global de l’ordre 7,3 milliards de dirhams dont, 3,3 milliards de subventions publiques.
Lors de la cérémonie de signature de la convention «Contrat médina», Taoufik Hjira, ministre chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, a mis en exergue les avancées enregistrées dans la mise en application de ce programme. Le ministre a en effet souligné que la première tranche de «Villes sans bidonvilles», qui a nécessité une enveloppe financière de 5 milliards de DH, bénéficie à quelque 106.500 familles réparties sur 10 villes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *