La médina de Fès fait peau neuve

La médina de Fès fait peau neuve

La médina de Fès a connu un rythme de dégradation marqué par trois phases. Cette dégradation fut en effet caractérisée par l’abandon, la mauvaise restauration et l’occupation inadéquate des lieux. Ainsi, cet espace classé patrimoine mondial de l’UNESCO en 1976 a connu un dépérissement.
Cet état de fait a poussé les responsables à tirer la sonnette d’alarme et à engager une politique de réhabilitation de l’ancienne médina de Fès. Ainsi, le premier projet d’intervention dans la médina voit le jour en 1997. C’est un projet financé par la Banque mondiale et piloté par l’Agence de dédensification et de réhabilitation de la médina. Celle-ci est chargée de mener les études et exécutions relatives au tissu médinal. Ce projet comporte cinq composantes majeures, la réhabilitation du patrimoine bâti, l’amélioration de l’environnement urbain, le développement communautaire, et l’amélioration de l’accessibilité. Cette dernière problématique représenterait l’élèment central du projet et accapare 50% des 27 millions de dollars investis.
Aujourd’hui, 133 millions de dirhams sont intégrés pour la réalisation du programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Fès. Lors de sa visite à la cité impériale, SM le Roi Mohammed VI, s’est enquis de ces projets qui visent la réhabilitation de l’habitat, et des infrastructures, l’encouragement de l’animation sociale, ainsi que l’amélioration du paysage urbain. En outre, l’achévement physique et financier de ce programme est prévu pour 2005. Plus qu’un simple programme, ce projet représente un plan d’urgence.
En effet, près de 4.800 habitations menacent ruine et doivent être renforcées. Dans ce cadre, les responsables prévoient également le recasement de plus de 700 ménages. Ce programme, financé par le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, la commune urbaine de Fès et la commune du Méchouar Fès-Jdid, a nécessité une enveloppe budgétaire de l’ordre de 125 millions dhs.
A cet égard, un programme d’action a été défini sur la base de l’expérience menée par l’ADER-Fès et suite aux différentes réunions de mise au point d’une stratégie d’intervention efficiente pour la consolidation des constructions menaçant ruine dans le tissu ancien.
Le programme d’action comporte également la réalisation d’une étude de montage et de définition en médina à l’instar de celle réalisée à Fès-Jdid. Cette étude permettra selon les spécialistes, une meilleure maîtrise de l’intervention de l’Etat, et la consolidation de 720 constructions, occupées par 3.650 ménages pour un coût estimatif de 59 millions de dhs. Parmi les sites prévus dans le projet de réhabilitation figurent également quelques mosquées historiques, symboles de la renommée de Fès. Il s’agit des mosquées Moulay Driss, Sidi Ahmed Tijani ainsi que la bibliothèque d’ Al Quaraouiyine. Cette dernière a été restaurée et a nécessité une enveloppe budgétaire de 5 millions de dirhams. Les travaux de restauration et d’aménagement de la bibliothèque Quaraouiyine, ont porté sur la consolidation de la structure porteuse. Ceci, par la reprise de certaines fondations, le renforcement de poutre en béton armé et la réfection des fissurations.
En somme d’ici fin 2005, les projets cités dans le cadre du programme de réhabilitation de l’ancienne médina de Fès doivent êtres finalisés. Une manière de consolider les habitations et de préserver le patrimoine de cette ville ancrée dans la tradition.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *