Le voeu de Taoufik Hejira

Taoufiq Hijra a déjà fait son voeu pour la nouvelle année. D’ici 2007, le ministre ne veut plus de bidonvilles à Marrakech. Impliqué dans l’éradication des bidonvilles depuis son arrivée à la tête de son département, le responsable de l’Habitat et de l’Urbanisme poursuit sa mission de sensibilisation en partenariat avec les communes et les régions.
Marrakech, qui connaît un développement fulgurant du marché de la construction, était l’hôte du ministre, le 31 décembre dernier. Devant un parterre de personnalités locales et d’acteurs du secteur, le ministre a rappelé la philosophie du gouvernement en matière de lutte contre l’habitat insalubre.
Pour M. Hejira, le nouveau programme de lutte contre l’habitation insalubre ne doit pas se limiter seulement à l’éradication des maisons concernées mais aussi comporter un programme de création de villes nouvelles. C’est indispensable pour la réussite de la politique urbanistique en cours. Le ministre a insisté en outre sur la fixation des délais de réalisation et la concertation entre l’Etat et les opérateurs locaux. Ce programme reste parmi les priorités du département de l’Habitat. Après avoir souligné l’importance de l’élaboration de documents urbanistiques, le ministre a appelé tous les intervenants dans le secteur de l’habitat à assumer pleinement leur responsabilité et à activer les mécanismes de contrôle pour faire réussir la nouvelle approche d’éradication de l’habitat insalubre. Le ministre s’exprimait lors d’une réunion consacrée à la politique de l’Etat en matière d’habitat.
La ville de Marrakech dont le développement est rapide, connaît certains dysfonctionnements. La Médina est directement concernée. Lieu mythique, cette dernière fait l’objet d’importantes spéculations immobilières et connaît parfois des cas de développement anarchique. D’où l’urgence d’un plan d’action. Dans ce cadre, une convention sur le programme de Marrakech a été signé par le ministre de l’habitat et le secrétaire général de la wilaya, lequel représentait le président du Conseil de la ville et le wali de la région. Cette convention vise notamment à définir les conditions de financement et de réalisation d’un nouveau programme pour l’éradication des bidonvilles dans la ville ocre et déterminer les missions des différents intervenants.
Il s’agit d’un protocole faisant suite au lancement, le 21 décembre, par Sa Majesté le Roi du projet de construction de la ville de Tamansourt. Cette ville, destinée à accueillir 200 000 habitants, sera construite sur un modèle standard avec toutes les infrastructures urbaines. Le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme contribuera à hauteur de 181 millions de dirhams dans le budget global estimé à 467 millions de dirhams. Elle couvrira une superficie de 430 hectares. Rendez-vous est donc pris pour Marrakech qui d’ici deux ans, en 2007, sera une ville sans bidonvilles. Pourvu que les délais ne soient pas élastiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *