Les prix des villas poursuivent leur ascension vertigineuse

Au cours du 1er trimestre 2011, les prix des villas ont marqué un accroissement de 2,8% d’un trimestre à l’autre. C’est ce qui ressort de la publication trimestrielle de Bank Al-Maghrib au sujet de l’Indice des prix des actifs immobiliers. Ainsi, en glissement annuel, les prix des villas ont enregistré une hausse de 7,7%. Cette orientation est due à la progression des prix dans les villes de Rabat et de Kénitra respectivement de 11,2 et 4,1%. Les prix dans les villes de Casablanca et de Marrakech ont en revanche accusé des baisses respectives de 9,3 et 6,5%. Par contre, le seuil minimum en termes du nombre de transactions n’a même pas été atteint à Tanger, Oujda, El Jadida et Fès, pour que cet indice soit calculé.
En effet, dans la globalité, les transactions en matière de villas, qui représentent seulement près de 2% du marché national au cours du 1er trimestre 2011, ont totalisé 266, soit une augmentation de 8,6% en glissement annuel et une baisse, d’un trimestre à l’autre, de 8,9%. Ces chiffres témoignent, en fin de compte, du faible impact du segment «villas», qui représente un volet important du marché du luxe, sur les rendements de l’immobilier.
Aussi, le rapport de Bank Al-Maghrib donne une idée sur la tendance globale des deux autres catégories de logement (appartements et maisons). Ces deux catégories ont également une part dans le rendement du marché du luxe. Ainsi, le rapport souligne que les prix des appartements ont progressé de 1,7%, en glissement trimestriel, après une diminution de 0,7% un trimestre auparavant. En glissement annuel, ces prix se sont accrus de 6,7%, au lieu d’un taux de 2,2% observé le trimestre précédent. Cette évolution a concerné toutes les villes, à l’exception d’El Jadida et d’Agadir, où les prix ont connu des baisses respectives de 6 et 2,1%. Quant au volume des ventes, il a régressé de 5,2%, en glissement trimestriel, revenant à 11.324 unités. Par région, les diminutions les plus marquées ont été enregistrées dans le Grand Casablanca, Souss-Massa-Draâ et Meknès-Tafilalet, tandis que la hausse la plus importante a été observée au niveau de Tanger-Tétouan.Concernant les prix des maisons, Bank Al-Maghrib souligne une augmentation de 0,7%, aussi bien d’un trimestre à l’autre qu’en glissement annuel, traduisant principalement la hausse des prix dans les villes d’Oujda, de Marrakech, d’Agadir et de Casablanca. Concernant les transactions, elles ont représenté environ 8% des opérations sur le marché national, s’établissant à 1 029, soit un repli de 8,1% d’un trimestre à l’autre et de 18,2% sur un an. Ainsi, dans la globalité, au cours du 1er trimestre 2011, les prix des actifs immobiliers résidentiels ont augmenté de 1,2% d’un trimestre à l’autre. En glissement annuel, les prix des actifs immobiliers résidentiels ont enregistré une hausse de 5%, attribuable à la progression des prix des trois catégories de biens appartements, maisons et villas.
Par région, les tendances des prix demeurent disparates, des accroissements importants ayant été observés dans les régions de Doukkala-Abda, l’Oriental et Gharb-Chrarda-Beni Hssen, alors que des diminutions ont été relevées dans les régions de Fès-Boulemane, Taza-Al Hoceima-Taounate et Tanger-Tétouan, relève le rapport. Dans les autres régions, les prix n’ont pas connu de variations significatives. Cependant, selon les données arrêtées 35 jours après la fin du 1er trimestre 2011, les ventes des biens immobiliers résidentiels immatriculés au niveau de l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) ont accusé une baisse de 5,5% d’un trimestre à l’autre, s’établissant à près de 12.619. Ces données reflètent la diminution des transactions relatives à l’ensemble des biens résidentiels. S’agissant de la tendance du marché immobilier par ville, Bank Al-Maghrib a relevé qu’au cours du 1er trimestre 2011, les prix des actifs immobiliers ont connu des augmentations dans presque toutes les villes. En effet, hormis les villes d’El Jadida et de Rabat, où les prix ont accusé des diminutions respectives de 6 et 1,3%, les prix dans les autres villes ont enregistré des hausses allant de 1,5% pour Marrakech à 10,3% pour Oujda.
S’agissant de volume, parmi les dix villes couvertes, seule Tanger a connu une augmentation trimestrielle de 83,7% du volume des ventes, les transactions dans les autres villes ayant accusé des baisses allant de 38% pour Agadir à 6% pour Fès. Par ailleurs, la part des transactions des biens immobiliers par ville dans le marché national s’est située à 30,7% à Casablanca, à 17,1% à Marrakech et à 16,3% à Tanger. La structure des ventes des biens immobiliers résidentiels au cours du 1er trimestre 2011 se caractérise par la prédominance des cessions d’appartements dans l’ensemble des villes, à l’exception de la ville d’Oujda, dont les opérations sur les maisons représentent environ 80% des ventes. La part des appartements varie ainsi de 81% pour Agadir à 99% pour Fès. Quant aux villas, leur part n’a pas dépassé 5% du total des transactions à Agadir, à Rabat, à Marrakech, à Casablanca et à Kenitra.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *