Marrakech Ménara : Opération relifting

Marrakech Ménara : Opération relifting

La décision de non-transfert de l’aéroport Marrakech-Ménara est désormais prise. Il sera maintenu en exploitation jusqu’à la saturation du site.
Une étude de faisabilité technique de transfert de l’aéroport a été réalisée en 2003 – 2004. Elle a porté sur trois volets distincts. La première phase s’est penchée sur l’évaluation quantitative et qualitative des installations existantes. La seconde a arrêté le choix de site de substitution, alors que la troisième phase a étudié en détail le site retenu.
Au terme de sa première phase, l’étude a permis de tirer des conclusions claires. Ainsi, le trafic prévisionnel retenu à moyen et long termes est de 3.500.000 passagers à l’horizon 2017 et 7.180.000 en 2030. Les mouvements avions : 35.000 en 2017 et 70.000 en 2030. La capacité du site actuel est évaluée à environ 10 millions de passagers par an, moyennant le développement des installations terminales et de l’aire de mouvement, conformément aux plans de principe établi par le groupement d’études.
Côté aérogares ( A et B), la superficie, 20.000 m2, se traduit par une capacité de 2 millions de passagers par an. Les infrastructures actuelles dotent la piste de 3100 m de longueur , le parking avions de 95 000 m2, ainsi que 10 postes de stationnement.
«Toutefois, il est nécessaire de procéder d’ores et déjà aux études de développement des installations, en vue de la programmation des travaux correspondants, découlant des besoins de trafic liés à l’horizon 2017 », tenait à préciser Abdelhanine Benallou, DG de l’ONDA, lors de la conférence de presse tenue à l’issue du Conseil d’administration du 24 décembre 2004 .
Selon le directeur, les études techniques liées au volet infrastructures peuvent être réalisées par les compétences internes de l’ONDA. Celles relatives aux installations de traitement des passagers et des bagages nécessitent le recours aux ressources externes. Le coût des études à confier à des prestataires de services externes : 10 millions de Dh. Par suite, l’ONDA entame la réalisation d’un important programme de développement sur cette plate-forme, en vue de répondre aux besoins de traitement du trafic aérien actuel et futur.
Le projet s’est fixé pour objectif de disposer par paliers des capacités nécessaires au traitement des passagers dans des conditions de sécurité, sûreté et de qualité conformes aux normes internationales. Aussi, l’Office veut donner aux aires de mouvement les caractéristiques structurales compatibles avec la typologie et la croissance du trafic. Enfin, il faut permettre le stationnement des avions à proximité de l’aérogare (mode nose- in ) au lieu du mode autonome, ce qui induira une augmentation de la capacité de stationnement.
À terme, en 2017, l’extension des aérogares en vue de porter leur capacité finale à 8 millions de passagers, correspondant à 60.000 m2, est prévue. La piste sera renforcée et étendue à 3650 m2. En parallèle, l’extensions du parking avions pour porter sa capacité à 36 postes de stationnement sera réalisée ainsi qu’une voie de circulation avions parallèle à la piste.
En attendant, les travaux engagés actuellement portent sur l’extension du parking comprenant la construction de 3 nouveaux postes moyen courrier sur une superficie de 32.000 m. L’ONDA entend réaliser des raccordements de la piste d’envol aux différentes bretelles, le nivellement partiel de la bande aménagée de la piste, l’élargissement à 7,50 m des accotements sur les 600 premiers mètres de chaque côté de la piste, ainsi que le colmatage des fissures ramifiées par pontage et la réparation ponctuelle sur l’ensemble de l’aire de mouvement. Le coût du projet est de 50 millions de DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *