Meknès sans bidonvilles en 2006

En début de l’année prochaine, la ville de Meknès devrait être la première à mériter le titre de ville sans bidonvilles. En fait, et vers fin 2005, Meknès ne comptera plus aucun foyer d’habitat insalubre. Taoufiq Hejira, ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme l’a affirmé tout récemment en soulignant que le plan des autorités locales va bon train. «Meknès représente une expérience-pilote au niveau national dans le domaine de la lutte contre l’habitat insalubre », a estimé Taoufiq Hejira dans des propos relayés par l’agence MAP. Et d’ajouter que « cette ville saura lever le défi d’ici la fin de l’année en éradiquant la totalité des foyers recensés». Par ailleurs, Meknès figure parmi les premières villes du Royaume à disposer d’un guichet unique pour la remise d’autorisations de construire. C’est ainsi que la cité ismaélienne est devenue un modèle national en matière de promotion de l’urbanisme et de l’habitat. Il faut rappeler que cette ville s’est inscrite sur la liste du programme « Villes sans bidonvilles » en août dernier.
Toutefois, et bien avant son introduction dans cet ambitieux programme, plusieurs projets ont été initiés avec comme objectif essentiel l’éradication de l’habitat insalubre. Les travaux ont été donc boostés par les plans de «Villes sans bidonvilles».
En fait, depuis la signature des conventions de ce programme, de nombreux projets ont vu le jour, renforçant ainsi les actions entamées auparavant. Jusqu’au début mars dernier, 1.051 foyers d’habitat insalubres ont été définitivement éradiqués. Ils étaient implantés notamment dans la commune de Ouislane (726 ménages) et les districts d’Al-Ismaïlia (565 ménages), Zitouna (432 ménages) et Hamrya (266 ménages). Ces ménages ont bénéficié de lots de terrains équipés par les opérateurs publics dans le cadre des programmes de lotissements aménagés.
Il s’agit notamment du programme Al Bassatine 7, aménagé par l’Agence de logement et d’équipements militaires (ALEM) et qui comprend 1.755 logements, des lotissements Yassmine (939 lots), Ryad Ouislane (772 lots), Naïm et Narjiss (1135 lots) et Ryad Zitoune (425 lots), réalisés par l’Etablissement régional d’aménagement et de construction (ERAC/Centre sud) et le Groupe d’aménagement Al Omrane. Durant cette même période, ce sont quelque 1.994 baraques sur un total de 5.757 foyers recensés qui ont été démolies au niveau de l’agglomération de Meknès. Mais, il ne s’agit pas uniquement d’éradication de l’habitat insalubre déjà existant, l’importance de prévenir son développement est primordiale. La mise en place du bipôle Fès-Meknès entre dans ce cadre. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de la vision multipolaire de l’aménagement du territoire, a pour objectif de mettre en valeur le bipôle Fès-Meknès à l’instar d’autres villes et régions, dont Tanger-Tétouan, Oujda-Nador, Casa-Rabat et Agadir-Taroudant.
Ce programme ambitionne de promouvoir les deux villes et de désenclaver leurs régions respectives, appelées à devenir un espace ouvert sur les autres régions du Royaume et une locomotive pour le développement et l’épanouissement du Centre. Le projet du bipôle tend, en outre, à remédier aux dysfonctionnements et carences entravant la marche de développement dans les régions de Meknès-Tafilalet et Fès-Boulemane. Prometteur. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *