Nador s’immunise

Nador s’immunise

En matière de lutte contre l’habitat insalubre, la ville de Nador a adopté une approche préventive. C’est dans ce registre qu’intervient l’implantation de la zone d’urbanisation nouvelle (ZUN) de Selouane. Située dans la commune de Selouane et réalisée par le holding Al Omrane, la nouvelle zone d’urbanisation s’étend sur une superficie de 220 ha et nécessite un coût global de 550 millions de DH. Ce projet, ouvert à l’urbanisation depuis deux années, est conçu en tant que continuité au tissu urbanistique actuel de la ville de Nador avec deux finalités : la prévention de l’habitat clandestin qui se prolifère dans la région et offrir d’importantes structures d’accueil pour la population à faible revenu à des prix qui la dissuadera d’aller sur l’axe Nador-Zeghanghan, déjà envahi par les construction anarchiques.
De nombreuses infrastructures accompagneront l’édification de cette nouvelle zone d’urbanisation nouvelle. Ainsi, la création de deux périphériques et la déviation de la route principale 27 (allant vers Berkane) sont prévues en plus d’un riad central aboutissant à un square, de zones à vocation sportive et d’équipements de proximité. Cependant, les objectifs de cette ZUN concernent également un rayonnement économique dont les conséquences ne manqueront pas de toucher toute la région du Grand Nador à travers notamment la création de nouveaux emplois et activités économiques et la stimulation d’investissements directs et induits, ceux des Marocains résidant à l’étranger essentiellement. Cette ZUN fait partie de la tranche prioritaire du programme des zones d’urbanisation nouvelles qui vise, rappelons-le, l’ouverture de nouveaux sites dans le cadre des extensions urbaines ainsi que la création de nouveaux pôles. Une tranche prioritaire qui concerne, en outre, autres sites : Hay Mohammadi à Agadir, Bensouda à Fès, Oulad Zaers à Aïn Aouda et Sidi Abdellah à Salé.
Pour le financement de cette opération, dont le coût global est de 550 millions de dirhams, le Fonds saoudien pour le développement (FSD) a accordé au maître d’ouvrage un prêt de 135 million de dirhams. Un prêt dont bénéficiera également la ZUN de Oulad Zaers à Aïn Aouda. De même, le secteur privé a été fortement sollicité. Si l’Etat a pris en charge les travaux nécessaires en vue de réaliser les équipements hors-site et réseaux primaires, une grande partie des lots divisés seront cédés à des promoteurs privés désireux de réaliser des opérations d’habitat, conformément aux prescriptions d’un cahier des charges techniques et financières.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *