Nouveau schéma pour le Sud

Nouveau schéma pour le Sud

Les provinces du sud du Royaume verront bientôt la restructuration de leur aménagement. C’est en tout cas ce qui a été préconisé par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de l’Eau ainsi que l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du sud.
Ces deux structures ont lancé un appel d’offres dans ce sens pour pouvoir doter ces régions d’un Schéma régional d’aménagement du territoire (SRAT). Pierre angulaire de tout restructuration urbanistique, ce schéma touchera en particulier les villes de Laâyoune, Boujdour, Sakia El Hamra, Guelmim et Smara. Et c’est un bureau d’études techniques qui s’est finalement adjugé cet appel d’offres et se charge de ce projet, selon des critères formulés par les conseils provinciaux des provinces concernées. Des critères qui reposent sur une stratégie au sein de laquelle la cohérence est le maître mot. Il s’agit, en effet, de donner à ces régions un agencement qui ne rompt pas avec la vocation des provinces du sud. À savoir entres-autres une homogénéité de tout l’espace géographique, que ce soit dans les villes ou encore dans le monde rural.
Selon ces critères, le Schéma régional d’aménagement du territoire des régions du sud devrait compter sur la cohérence globale pour un développement raisonné. Par sa nouvelle approche et son contenu, il doit affirmer sa vocation à conjuguer les efforts de différents acteurs et établir de nouvelles démarches de travail. Il a pour objectif de définir les grands axes d’une organisation efficace et d’un développement cohérent de ces régions.
Ce schéma régional s’articule autour de trois principes. Il aurait donc pour but de rechercher le dynamisme économique en mettant en œuvre un développement durable et compétitif, définir les sites à enjeu et faire de ces régions des territoires attrayants en mettant en valeurs leurs atouts naturel et culturel. Ce sont donc les principaux défis à relever par ce schéma régional de l’aménagement territorial. C’est une façon de doter les régions du sud d’un document d’orientation pour le développement socio-économique futur. Un développement qui ne peut se faire sans prendre en compte les effets d’impulsions et d’attraction de ces régions.
Aussi, ce schéma doit prendre en considération les spécificités culturelles et naturelles qui marquent le paysage des régions du sud. Pour examiner ce projet, une commission a été constituée. Elle est composée de divers acteurs du développement des régions du sud. Ces mêmes acteurs contrôleront les avancements de ce schéma qui devrait permettre de définir un projet prospectif qui s’étale sur une période de 20 à 25 ans. Une façon d’avoir plus de visibilité et de mettre en place une stratégie rapide.
Le schéma se construit en plusieurs phases. Les chargés du projet devront tout d’abord établir un diagnostic territorial concerté. Ce même diagnostic devra permettre de ressortir les potentialités et les dysfonctionnements dans le domaine social, économique, urbanistique et environnemental. C’est en analysant toutes ces données, qu’il sera en outre possible d’identifier des espaces-projets capables de constituer les leviers du développement régional.
Ainsi tout comme ces voisines, la région du sud verra son aménagement territorial restructuré Une façon de contrôler également toute forme de construction anarchique. Les architectures devront dorénavant obéir à des normes précises. Les premiers résultats de ce projet feront l’objet d’une rencontre de présentation et de concertation. Une réunion qui rassemblera les différents acteurs de l’aménagement et du développement du territoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *