Pas de flambée, mais de moins en moins de transactions: Les prix ont stagné en 2015…

Pas de flambée, mais de moins en moins de transactions: Les prix ont stagné en 2015…

Selon les villes, l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a connu des variations très disparates en 2015. Ainsi, à Casablanca, l’IPAI a enregistré une hausse de 1%, traduisant des augmentations de 1,4% des prix des biens résidentiels et de 2,8% de ceux des terrains.

Si le secteur immobilier ne connaît pas de constante, c’est le cas également pour les prix de l’immobilier. Le bilan de l’année écoulée est plutôt hétérogène en ce qui concerne les principale villes du Royaume. C’est ce qui se dégage de la publication annuelle de Bank Al-Maghrib réalisée en collaboration avec l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre, et de la cartographie (ANCFCC), relative à l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI). Il en ressort qu’après une baisse de 0,4% en 2014, l’IPAI a affiché une légère hausse de 0,6% en 2015, reflétant des augmentations de 0,7% des prix du foncier et de 0,9% de ceux des biens résidentiels, avec notamment une progression de 0,8% pour les appartements. Pour ce qui est des biens à usage professionnel, les prix se sont repliés de 2,1%, traduisant un recul de 2,1% pour les locaux commerciaux et de 3,2% pour les bureaux. Au niveau des principales villes, les prix ont affiché des augmentations allant de 0,6% à Fès à 2,7% à Kenitra et des baisses respectives de 4,3 et 1,8% à Marrakech et à El Jadida.

Plus c’est cher, moins on achète!

S’agissant du nombre de transactions, Bank Al-Maghrib et l’ANCFCC relèvent qu’après une importante hausse en 2014, le nombre de transactions s’est replié pour toutes les catégories d’actifs en 2015. Ainsi, les ventes des biens résidentiels ont diminué de 7,1%, reflétant notamment un recul de 6,9% des transactions portant sur les appartements. De même, les ventes des terrains ont accusé une diminution de 2,8% et celles des biens à usage professionnel ont reculé de 3,5%, en liaison avec une baisse de 4,2% des transactions portant sur des locaux commerciaux.

Fin 2015 : Le résidentiel et le foncier s’enflamment

Au 4ème trimestre 2015 et par rapport à la même période de l’année précédente, l’IPAI s’est accru de 0,8%, résultat d’une progression de 0,4% des prix des actifs résidentiels et de 1,7% pour le foncier. En ce sens, la légère hausse des prix des biens résidentiels est le résultat d’une progression des prix des appartements de 0,4%. A l’inverse, les prix ont diminué de 0,8% pour les villas et de 0,3% pour les maisons. Concernant les transactions, elles se sont contractées de 6%, avec des diminutions des ventes de 6,1% pour les appartements, de 5,1% pour les maisons et de 3,6% pour les villas. Pour leur part, les prix des biens à usage commercial ont quasiment stagné. Pour ce qui est des transactions, leur nombre a accusé une baisse de 5,8%, reflétant le recul des ventes de toutes les catégories d’actifs avec des baisses de 6% pour le résidentiel, de 4,5% pour les terrains et de 6,4% pour les biens à usage professionnel.

Les locaux commerciaux plus chers!

Au cours du 4ème trimestre 2015, les prix des biens à usage commercial ont enregistré une hausse de 1,2% par rapport au troisième trimestre 2015, traduisant la progression de ceux des locaux commerciaux de 2,3%, les prix des bureaux ayant accusé une baisse de 3,7%. Pour leur part, les transactions se sont accrues de 18%, sous l’effet des hausses de 15,3% des ventes des locaux commerciaux et de 40,4% de celles des bureaux.

Ça change d’une ville à l’autre…

Selon les villes, l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a connu des variations très disparates en 2015. Ainsi, à Casablanca, l’IPAI a enregistré une hausse de 1%, traduisant des augmentations de 1,4% des prix des biens résidentiels et de 2,8% de ceux des terrains.
En revanche, les prix des biens à usage professionnel ont diminué de 3,6%, reflétant des replis des prix aussi bien pour les locaux commerciaux que pour les bureaux. En parallèle, les ventes ont reculé de 5,5%, en relation avec la baisse de 6,8% des transactions portant sur des biens résidentiels. A l’inverse, les ventes des autres actifs ont progressé de 3,9% pour les terrains et de 1,1% pour les biens à usage professionnel. Pour ce qui est de Marrakech, la publication révèle que les prix ont connu une baisse de 4,3% qui s’explique par les diminutions de 7,9% de ceux des terrains et de 3,6% pour les locaux à usage professionnel, les prix du résidentiel n’ayant pas connu de changement significatif. De même, les transactions ont accusé une baisse de 9,3%, en liaison avec des reculs des ventes de 11,6% pour les biens résidentiels et de 15,9% pour les locaux professionnels. En revanche, les transactions portant sur les terrains ont augmenté de 1%. Aussi, à Tanger, l’IPAI a affiché une légère hausse de 0,8%, avec des augmentations des prix de 0,3% pour le résidentiel, de 2,5% pour les terrains et de 1,6% pour les locaux professionnels. En parallèle, les transactions immobilières se sont repliées de 11,9%, avec des baisses pour toutes les catégories d’actifs. Les ventes ont ainsi diminué de 12% pour le résidentiel, de 11,3% pour les terrains et de 10,4% pour les biens à usage professionnel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *