Quand le titre se morcelle

Quand le titre se morcelle

Taddart, « la maison » en berbère est le nom d’un nouveau pôle urbain à Agadir. Un projet d’habitat très ambitieux s’inscrit dans le cadre du plan local de l’habitat et du développement urbain ainsi que dans le programme national de villes sans bidonvilles qui vise à éradiquer ce fléau dans la ville touristique à l’horizon 2007.
Le nouveau pôle de Taddart, d’un coût de 440 millions de DH, a pour objectif la restructuration de 3600 habitats non réglementaires du quartier Taddart, qui s’étend sur 80 ha. Le projet consiste également en le recasement de 4070 ménages de différents bidonvilles d’Anza et tend à éviter la prolifération de l’habitat clandestin sur le plateau de Taddart. Selon des chiffres du ministère chargé de l’Urbanisme, 11.669 ménages vivent dans des bidonvilles à Agadir, 33.786 dans des quartiers sous équipés et 1967 dans des logements menaçant ruine.
Le déficit en logements en 2002 a atteint 37.000 unités. C’est un chiffre qui fait de la ville d’Agadir l’une des premières villes marocaines à ce niveau. Les raisons en sont nombreuses et se rapportent essentiellement à l’attraction qu’exerce la ville d’un point de vue purement économique.
Ce projet prévoit la mise à la disposition du secteur privé des lots équipés pour la construction d’une structure d’accueil en matière d’habitat social au profit de la main-d’oeuvre des futures unités touristiques du littoral nord d’Agadir. Le projet prévoit la réalisation par le secteur privé de 1000 logements dont le prix de cession est inférieur à 200.000 Dirhams. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du programme national de lutte contre l’habitat insalubre. Il y a une diaine de jours, une convention ayant ce même objectif a été signée à Agadir entre responsables régionaux et locaux, wali et président de la communauté urbaine en tête, et le ministre chargé de l’Habitat et l’Urbanisme, Taoufik Hjira.
Un triple objectif, prévoyant d’abord l’arrêt de la prolifération de l’habitat indécent, l’intensification de l’offre de l’habitat destiné aux ménages à faible revenu par la suite et enfin la régularisation de la situation actuelle dans ce domaine, anime cette initiative. Cette convention prévoit au total la réalisation sur quatre années d’un important programme intégré, portant sur 19.484 unités sur une superficie de 935 ha, pour un coût total de 2,5 milliards dirhams. Ces unités concernent 7.011 lots destinés à l’habitat économique, plusieurs lots pour la mise en place d’équipements socio-économiques, 60 lots de terrain réservés au secteur privé pour la promotion de l’habitat social consistant en 30.000 logements, ainsi que sur 12.413 lots destinés à la résorption de 64 bidonvilles qui comportent 10.763 baraques sur une superficie de 115 ha.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *