Rabat amorce un nouveau virage

Rabat amorce un nouveau virage

Dans le cadre du grand projet d’aménagement des berges du Bouregreg, un immense chantier pour la capitale, l’Agence urbaine de Rabat-Salé a entrepris de lancer en parallèle plusieurs projets d’accompagnement. Ainsi, l’Agence en tant qu’institution chargée de la planification et de la gestion urbaines, a entamé l’élaboration du Projet urbain pour l’agglomération de Rabat et sa périphérie (PUARP), dont les grands axes ont déjà fait l’objet d’une présentation à SM Mohammed VI.
Ce projet est présenté comme « un outil d’orientation et de mise en oeuvre des dispositions contenues dans les documents d’urbanisme de l’agglomération, notamment, le schéma directeur d’aménagement urbain et les plans d’aménagement.
C’est un projet d’envergure que les partenaires ont convenu, à l’unanimité, de finaliser d’ici la fin de l’année 2004. Il s’agit d’action en matière de production de logements, de lutte contre l’habitat insalubre, de sauvegarde et requalification des tissus urbains, d’implantation de nouveaux parcs industriels et touristiques favorisant la création d’emplois.
En plus de la requalification des tissus urbains (anciennes médinas de Rabat, Salé et kasbah des Oudayas), le PUARP est composé d’au moins quatre volets essentiels.
L’habitat, tout d’abord. Il s’agira de stimuler l’offre en vue de la résolution définitive de la prolifération de l’habitat insalubre (bidonvilles, quartiers d’habitat non réglementaire et constructions menaçant ruine). Dans ce sens, cinq projets ont été identifiés couvrant une superficie de 2410 ha. L’ouverture progressive à l’urbanisation de cette superficie permettra la production de 120.000 logements pour une population d’environ 600.000 habitants. Le volet « emploi » a été évidemment pris en considération, puisque le Projet urbain pour l’agglomération de Rabat et sa périphérie prévoit la création de nouveaux pôles touristiques et parcs industriels. Dans le cadre de l’encouragement de la promotion du secteur touristique, il est prévu la valorisation de la côte sur une longueur de 53 km et ce, par la création de trois pôles touristiques, à savoir les pôles de Sidi Bouknadel, de Skhirat d’une superficie de 350 ha chacun et l’aménagement de la corniche de Rabat qui s’inscrit dans la continuité d’aménagement des berges du Bouregreg.
En outre, l’industrie étant un vecteur du développement économique et social, le Projet vise la dynamisation des zones industrielles existantes et leur mise à niveau, ainsi que la création de nouveaux parcs industriels dans les préfectures de Salé et de Témara à proximité des grands quartiers, source de main-d’oeuvre, et en connexion directes avec les infrastructures routières et autoroutières nécessaires au bon fonctionnement de ces unités.
En matière d’équipement, les initiateurs du Projet urbain considèrent comme une priorité les aspects ayant trait à l’assainissement. Dans le cadre du Schéma directeur d’assainissement liquide (SDAL) de l’agglomération, l’Agence urbaine suit de près l’état d’avancement de l’étude relative au système de dépollution du littoral et de l’Oued Bouregreg. L’objectif de cette étude est l’interception de 38 rejets d’eaux usées dans l’océan et dans l’Oued Bouregreg et ce, à travers la réalisation, à Rabat et à Salé, de deux stations de traitement des eaux usées avant leur rejet dans l’océan via deux émissaires d’une longueur d’environ deux kilomètres chacun.
Concernant l’assainissement solide, suivant les orientations du Schéma directeur d’assainissement solide (SDAS), une décharge intercommunale est prévue au niveau de la commune d’Oum Azza. Cette décharge se substituera aux différentes décharges éparpillées et ce, pour lutter contre les effets néfastes qui menacent le milieu écologique de l’agglomération.
En perspective du futur aménagement de la Corniche de Rabat, le transfert du marché de gros et des abattoirs prévu dans le cadre de la ville nouvelle de Sidi Yahya de Zaërs, constituera également une opportunité de création d’emplois à même de donner un essor important au démarrage de cette ville nouvelle. Par ailleurs, des études ont été lancées concernant une voie de contournement. D’une longueur de 37 km, cette nouvelle voie devrait assurer la fluidité de la circulation et du transport dans l’agglomération et sa périphérie, voire même entre celles-ci et les différentes régions du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *