Réflexions profondes pour la redynamisation de l’habitat

Réflexions profondes pour la redynamisation de l’habitat

Des ateliers ont récemment été organisés autour du secteur

La redynamisation du secteur de l’habitat a récemment fait l’objet d’ateliers initiés par le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville. Un événement présidé par Abdelahad Fassi Fehri qui en a déjà fait l’annonce lors d’une conférence consacrée dernièrement à Rabat par son département au programme de logements sociaux à 250.000 DH et celui de logements à faible valeur immobilière de 140.000 DH. Ces ateliers, marqués également par la présence de Fatna Lkhiyel, secrétaire d’Etat chargée de l’habitat, se sont assigné des objectifs divers et ont focalisé sur des volets différents.

Forte pensée pour l’accès au logement abordable

Il était question, selon les initiateurs, d’identifier les dispositions permettant d’améliorer davantage «l’efficacité de l’action publique en matière de production de logements» en adéquation avec les différents types de demandes. Il s’agissait aussi d’identifier de nouveaux mécanismes de «réduction du coût du logement (foncier, matériaux de construction, fiscalité, etc.), de promouvoir les formes d’habitat participatif et solidaire (coopératives et associations d’habitation, etc.)». L’objectif étant, selon la même source, de créer une meilleure diversification de l’offre de logement, notamment celle destinée à la classe moyenne. Cette réflexion se veut également de créer les conditions appropriées pour une relance effective du locatif résidentiel. Elle est de plus destinée à recadrer le système d’aide publique dans le secteur de l’habitat, de prôner la mixité sociale et fonctionnelle dans le montage des programmes d’habitat. Cet atelier s’est de même penché sur la manière d’optimiser la mobilisation du foncier public dans le cadre d’une approche efficiente, de réinjecter  le parc vacant  dans le marché de l’immobilier et de renforcer le tissu des entreprises de promotion immobilière, toutes catégories confondues. Une telle démarche est de nature à professionnaliser davantage l’acte de bâtir et les métiers de la ville.

De l’habitat rural et celui insalubre

A lui seul, l’atelier consacré à l’habitat rural s’est distingué par la présentation du diagnostic et des politiques publiques en milieu rural. Comme il a été l’occasion de révéler l’expérience du ministère dans ce domaine et les éléments à prendre en compte pour amorcer des pistes de réflexion. L’objectif étant d’adopter une démarche partagée de développement et d’amélioration des conditions d’habitabilité. Quant au workshop dédié à l’habitat insalubre, il a été l’occasion d’élargir le débat autour de solutions et dispositions de redéfinition des démarches opérationnelles menées jusqu’à nos jours en matière de lutte contre ce type d’habitat.   

Une nouvelle dynamique pour le secteur

Celle-ci a été abordée sous les deux angles financier et fiscal. En détail, les outils et les contraintes liés au financement de l’habitat, le système fiscal en vigueur ainsi que les mesures d’amélioration des systèmes aussi bien financier que fiscal ont été soulevés. Une nouvelle dynamique à insuffler au secteur est, selon les organisateurs, à l’origine de ce débat. A lui seul, le thème du foncier a fait l’objet de discussions, notamment en ce qui concerne le foncier en tant qu’enjeu et assise primaire du développement des territoires, la régulation du marché foncier ainsi que le domaine privé de l’Etat comme actif stratégique au service du développement socio-économique du Maroc.

De l’encadrement juridique du secteur

Ce volet a, à son tour, fait l’objet d’un atelier de réflexion dédié à la redynamisation du secteur de l’habitat. Ce workshop se voulait d’aboutir à des recommandations innovantes, efficaces et souples susceptibles de rétablir la confiance et de délimiter les responsabilités pour une meilleure  gouvernance. Il a également été question de développer une nouvelle approche favorisant davantage de qualité dans la production de logements, de prôner les aspects d’efficacité énergétique et de durabilité dans ce type de logement, de renforcer la performance et la compétitivité des opérateurs, en vue de professionnaliser davantage l’acte de bâtir. En outre, la réflexion sur la vision et l’approche à adopter pour le développement du secteur locatif résidentiel a été au centre du débat. De quoi donner tout l’intérêt aux ateliers.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *