Sidi Abdellah : La ZUN de Salé

Sidi Abdellah : La ZUN de Salé

Sur la route nationale reliant Salé à Kénitra s’érige une nouvelle zone d’urbanisation nouvelle.Intitulée Sidi Abdellah, elle s’étend sur 120 ha et compte 3000 lots dont une superficie de 1365 ha destinée à la construction de 2000 appartements de relogement.
Le coût global de cette ZUN est de 460 millions de dirhams co-financés par l’Etat et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social. De même, le secteur privé a été fortement sollicité. Si l’Etat a pris en charge les travaux nécessaires en vue de réaliser les équipements hors-site et réseaux primaires, une grande partie des lots divisés seront cédés à des promoteurs privés désireux de réaliser des opérations d’habitat, conformément aux prescriptions d’un cahier des charges techniques et financières. Ce projet, ouvert à l’urbanisation depuis deux années, est conçu en tant que continuité au tissu urbanistique actuel de la ville de Salé. Il vise deux objectifs : mettre un terme à l’habitat clandestin qui se prolifère dans la région et offrir d’importantes structures d’accueil pour la population à faible revenu qui ne cesse de rejoindre ce pôle urbain qu’est la ville de Salé. De nombreuses infrastructures accompagneront l’édification de cette nouvelle zone d’urbanisation nouvelle.
La ZUN Sidi Abdellah était à l’origine une opération de grande envergure qui avait été initiée dans les années 80 par l’ancienne SNEC à Salé, plus précisément à la commune de Layayda et devait être l’homologue de ce qu’a été Hay Ryad à Rabat.
La surface initialement programmée était de 350 ha mais la multiplicité des statuts fonciers, l’existence de plusieurs quartiers clandestins, les difficultés inhérentes aux procédures d’expropriation et l’absence d’instruments fiables de maîtrise du foncier à l’époque ont eu raison de ce projet dans sa version initiale.
Finalement, ce n’est qu’un seul périmètre du projet qui a été finalement adopté. Il concerne 120 ha.
Il est à signaler que cette ZUN fait partie de la tranche prioritaire du programme des zones d’urbanisation nouvelles qui vise, rappelons-le, l’ouverture de nouveaux sites dans le cadre des extensions urbaines ainsi que la création de nouveaux pôles. Une tranche prioritaire qui concerne en outre quatre autres sites : Hay Mohammadi à Agadir, Bensouda à Fès, Oulad Zaërs à Aïn Aouda et Selouane à Nador. Pour l’ensemble de ces projets, Al Omrane consacrera 2 milliards de DH de 2002 à 2006.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *