Sidi Taïbi : une commune qui change

Sidi Taïbi : une commune qui change

Une commune qui se restructure. Un cas qui va se répéter de plus en plus en application de la très ambitieuse Initiative nationale du développement humain (INDH). L’une des premières en la matière est celle de Sidi Taïbi dans la province de kénitra. Un projet dont le lancement a été donné en début de semaine dernière par SM le Roi Mohammed VI. Le programme global de cet important projet urbain s’étend sur une superficie de 700 hectares.
Près de 18.000 lots de terrains seront ainsi aménagés pour une enveloppe budgétaire globale de l’ordre de 900 millions de dirhams. La première tranche de ce projet s’étend sur une superficie de 95 hectares répartis entre 3800 lots. 2400 d’entre eux concernent la restructuration urbaine proprement dite alors que 1350 autres lots ont été réservés au relogement et 50 derniers lots pour les différents services  publics. Il s’agit-là d’un chantier gigantesque qui nécessitera le déblocage de la coquette somme de 183 millions de dirhams et qui sera fin prêt pour septembre 2007.
Le financement de cette restructuration est également exemplaire dans la mesure où plusieurs entités sont concernées. Dans ce sens, un partenariat a été signé entre la commune rurale Sidi Taibi qui s’est engagée à débourser la somme de 52 millions de dirhams, le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme dont la participation s’élève à 30 millions de dirhams et le holding d’Aménagement Al Omrane qui participera à hauteur de 18 millions de dirhams. L’Office national de l’eau potable (ONEP) et la Régie autonome communale de distribution d’eau et d’électricité de la province de Kénitra sont également signataires de cette convention. Le premier participera à hauteur de 65 millions de dirhams alors que la seconde déboursera la somme de 18 millions de dirhams.
Pour ce qui est de la nature du travail à effectuer, la commune rurale de Sidi Taïbi se chargera de l’acquisition du terrain et la prise en charge des frais y afférents et des travaux liés aux  réseaux d’assainissement, d’eau potable et d’électricité. Ces travaux concernent le réseau d’évacuation des eaux usées, un réseau d’évacuation des eaux de pluies, des bassins de collecte des eaux de  pluies et la réalisation de deux stations de pompage et d’adductions. Les autres travaux concernent pour leur part l’eau potable et concernent la construction et l’équipement d’une station de  pompage et l’installation de canalisations et d’un réservoir. La réalisation du réseau routier est à la charge d’Al Omrane.
Pour sa part, l’ONEP effectuera les travaux d’assainissement liquide et d’adduction d’eau potable, alors que la régie de Kénitra se chargera de la réalisation du réseau électrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *