Tamesna : La zone industrielle réalisée de 60 à 70%

Tamesna : La zone industrielle réalisée  de 60 à 70%

La ville dispose de 5 mosquées et d’une maison de culture ainsi que celle de jeunesse. Aussi, une voie vers l’autoroute est déjà achevée à 100%. Une autre route liant Tamesna à Rabat est à 75% de réalisation.

«Les travaux en cours de la zone industrielle de Tamesna, étalée sur 17 hectares, sont entre 60 et 70% de réalisation». Le taux est précisé, jeudi, par Badre Kanouni, président du directoire du Groupe Al Omrane, lors du 12ème anniversaire du lancement de cette cité dont celui-ci est en charge. «7 unités de cette zone, qui permettra de créer 1.700 postes d’emplois, sont déjà prêtes et 24 sont en cours de construction», détaille le responsable. Mieux encore, Tamesna, lancée en 2007 par le Souverain,  fait, selon ses dires, l’objet d’une mise à niveau pour en faire un grand projet urbain.

Des projets de taille

Comme le précise M. Kanouni, la ville sera «reliée à sa voisine, Sidi Yahia Zaer à travers une issue directe». Mais ce n’est pas tout. «Un espace vert de 10 hectares est en cours d’aménagement», avance-t-il. Pour répondre à ceux qui estiment que la ville de Tamesna ne dispose pas de représentations d’Al Omrane dans son enceinte, il rappelle entre autres que cette cité abrite le siège de l’académie Al Omrane. «Ce sont des réalisations positives dans cette jeune ville malgré les défis», enchaîne-t-il en se félicitant de l’apport du tissu associatif de cette cité. De son côté, Abdelhakim Zidouh, DG de la société Al Omrane Tamesna, détaille les autres projets dans cette ville. Ainsi, une Step y est déjà réalisée. «Un 5ème axe routier est en cours», avance-t-il. Selon ses dires, la ville dispose également de 5 mosquées et d’une maison de culture ainsi que celle de jeunesse. Aussi, une voie vers l’autoroute est déjà achevée à 100%. Une autre route liant Tamesna à Rabat est à 75% de réalisation. De plus, une voie entre Tamesna et Temara est en cours de réalisation.

Quant à l’issue vers l’autoroute Casablanca-Tanger, elle est achevée à 100%. Quant à la zone industrielle, 7 autres unités sont, selon ses dires, en cours d’autorisation parmi les 38 unités qu’elle abritera. De surcroît, la ville, qui compte 22 établissements scolaires et 5 services de sport, dispose de 3 centres de santé. «L’un d’eux est actif. Les deux autres sont en cours d’activation», ajoute-t-il. De même, une forêt urbaine est prévue à Tamesna. «L’apport d’Al Omrane pour cet espace s’élève à 4 millions DH», détaille M. Zidouh. Il s’exprime également sur deux conventions portant sur la création d’un centre d’artisanat et d’un marché de 136 magasins. Le responsable ne manque pas de s’exprimer sur les habitations de la ville qui en comptent 50.000 unités. «895 familles sont en cours de relogement», avance-t-il. Malgré ces réalisations, d’autres sont revendiquées.

Une cité universitaire et un centre hospitalier fort sollicités

De son côté, Youssef Draiss, gouverneur de la préfecture Skhirate-Temara, qui s’exprime sur le défi de la population de 50.000 habitants à Tamesna qui est susceptible de passer à 100.000 voire 150.000 de par l’ajout de celle de Sidi Yahia Zaer, ne manque pas de lancer un appel. «Une cité universitaire et un centre hospitalier connaissent un retard», estime-t-il. Le gouverneur précise également que les deux axes routiers prévus seront prêts en «fin d’année». Selon ses dires, les travaux de la route liant Tamesna à Rabat sont avancés. A propos de la zone industrielle, il indique que c’est un mécanisme d’investissement. Un point de vue partagé par Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

Une ville vouée à drainer les investissements

Le ministre de tutelle, Abdelahad Fassi Fihri se projette dans le futur. «Certains parlent d’échecs, d’autres de réalisations. Ce qui importe ce sont les défis. Pour ma part, je veux focaliser sur l’orientation de la ville vers l’avenir», indique-t-il. Pour lui, Tamesna doit être un espace devant, à la fois, répondre aux besoins des citoyens et créer de l’emploi. «Des opportunités d’investissement doivent être créées pour cette ville et l’axe de Rabat», poursuit-il. A son sens, il faut concevoir Tamesna en tant que ville qui offrira un avenir à sa population. «Nous devons adhérer au programme de promotion de la ville. Nous sommes également appelés à y offrir toutes les conditions de vie, notamment la santé, le transport et l’éducation»,  conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *