Transactions immobilières: Les prix flambent mais la demande ne flanche pas…

Transactions immobilières: Les prix flambent mais  la demande ne flanche pas…

Les prix de l’immobilier confirment leur reprise en cette année 2014. En effet, selon la publication trimestrielle de Bank Al-Maghrib réalisée en collaboration avec l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) et relative à l’Indice des prix des actifs immobiliers (IPAI), les prix des actifs immobiliers se seraient légèrement ressaisis en ce troisième trimestre 2014 par rapport à la même période en 2013.

L’IPAI s’est, ainsi, accru de 1%, suite à la hausse de 3,4% des actifs fonciers et de 2,6% de ceux à usage commercial. Quant aux prix des biens résidentiels, ils ont stagné pour le deuxième trimestre consécutif. Aussi, le nombre de transactions a enregistré une hausse de 9,3%, avec un accroissement des ventes de toutes les catégories de biens immobiliers, soit 11,8% pour le résidentiel, 1,1% pour le foncier et 6,9% pour le commercial.

Plus en détail, Bank Al-Maghrib précise que les prix des biens résidentiels ont connu une stagnation, recouvrant les baisses de 3% de ceux des villas et de 1,3% de ceux des maisons ainsi que la hausse de 0,2% de ceux des appartements. Alors que le nombre de transactions a, pour sa part, progressé de 11,8%, suite à l’accroissement des ventes des appartements et des villas de 13% et de 24,6% respectivement, celles des maisons ayant régressé de 7,8%. S’agissant du foncier, les prix et le nombre des ventes se sont accrus respectivement de 3,4 et de 1,1%. Enfin les prix des biens à usage professionnel se sont appréciés de 2,6%, suite à l’augmentation de ceux des locaux commerciaux et des bureaux de 1,5 et 7% respectivement. S’agissant des ventes, leur nombre s’est amélioré de 6,9%, en liaison avec des augmentations de 7,4% du nombre de transactions concernant les locaux commerciaux et de 3,9% de celui des bureaux.

Par ailleurs, Bank Al-Maghrib signale que l’évolution de l’IPAI dans les principales villes du Royaume traduit notamment des replis de 2,2% à Marrakech et de 4,7% à El-Jadida, entre le 3ème trimestre 2013 et le 3ème trimestre 2014.

A l’inverse, les prix ont augmenté de 3,2% à Oujda, suite au renchérissement du résidentiel et du foncier et de 2,6% à Agadir et Kenitra, en liaison avec l’augmentation des prix des terrains. À noter que dans les villes de Casablanca, Fès et Tanger, les variations ont démontré une nette stagnation des prix.

Enfin, pour ce qui est du volume des transactions, les diminutions les plus importantes ont été enregistrées à Tanger avec 22,8%, ainsi qu’à Kénitra et Agadir avec 10,6 et 20% respectivement. En revanche, les transactions immobilières ont augmenté de 34,7% à Meknès et de 26,2% à Casablanca, en raison principalement de l’amélioration des ventes portant sur les appartements et les terrains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *