Un secteur en béton

L’image est familière pour les citadins. De grandes bétonnières armées de longs bras stationnées tout près d’un chantier et versant des tonnes de bétons préalablement préparé, du béton prêt à l’emploi dans le jargon des professionnels du BTP. Si l’utilisation de ce matériau s’est développée dans les pays industriels depuis le début des années 1960, sa consommation au Maroc s’est faite un peu tardivement. L’usage du Béton Prêt à l’Emploi n’a, en effet, réellement démarré à une échelle industrielle que depuis 1987.
Cette ouverture du béton prêt à l’emploi sur le marché est due surtout aux qualités que possède ce matériau, notamment la rapidité de mise en oeuvre grâce au système de pompe adapté aux constructions à plusieurs niveaux. Obtenu suivant un certain dosage à partir d’un mélange de ciment, de sable et de gravier auxquels s’ajoutent des adjuvants divers, le béton prêt à l’emploi séduit également par la réduction de la main-d’oeuvre qu’il permet aux prometteurs immobiliers ainsi que par la suppression des pertes occasionnées à la fois par la préparation manuelle du béton sur le chantier et sa mise en oeuvre.
Le boom de l’immobilier a beaucoup profité au marché de béton prêt à l’emploi, estimé à près de 1,5 million de m3. Un marché animé par quelque 30 centrales à béton, même si jusqu’en 1989, le Maroc n’en comptait que trois. Deux grandes entreprises détiennent cependant une grande partie du marché : Bétomar (filiale des Ciments Français) disposant de centrales à Casablanca, Skhirat-Témara, Marrakech et Agadir, et Réadymix (filial de Lafarge-Coppée) disposant de centrales à Casablanca, Rabat, Salé et Berrechid. A ces deux grandes entreprises, s’ajoute un certain nombre de petites entreprises en développement (Eco béton, …). L’utilisation du béton prêt à l’emploi est concentrée dans le centre du pays, notamment dans les régions de Casablanca et de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, soit 75 % de la production national. Le reste est réparti entre les villes de Fès, Meknès, Berrechid, El Jadida, Marrakech et Agadir.
Malgré tous ces avantages, le béton prêt à l’emploi n’a pas connu au Maroc le même essor que dans les pays développés. Et ce pour de nombreuses raisons, mais la plus importante demeure la forte concurrence des bétons fabriqués directement sur les chantiers et qui ne nécessitent qu’une main-d’oeuvre peu qualifiée et des matériaux qui peuvent être sous dosés et de qualité médiocre. Mais le secteur a de beaux jours devant lui, vu le nombre de plus en plus important d’immeubles et de constructions en chantiers partout au Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *