Un secteur très cimenté

Un secteur très cimenté

Les cimentiers du Maroc veulent dépasser leur crise. En fait les sociétés du ciment au Maroc ont connu ces derniers temps une certaine baisse dans leur production. Pour faire face à cette situation pour le moins inquiétante, les cimentiers Holcim, Lafarge et Ciments du Maroc veulent investir près de 5,8 millions DH. Une façon selon eux d’augmenter leur capacité de production pour la porter à 3,8 millions de tonnes d’ici l’horizon 2007.
Les trois sociétés s’unissent donc et signent une convention qui leur permettrait de mettre en pratique leur volonté. Celle d’augmenter la production de ciment et par là même accroître la demande. Dans ce sens, la filiale du groupe hélévétique Holcim Maroc devrait investir près de 2,8 milliards de dirhams. Cet investissement devrait lui permettre de réaliser un de ses souhaits. En fait, Holcim Maroc veut construire une nouvelle cimenterie à proximité de Settat. Cette unité sera installée à proximité de Settat. La mise en service  de cette nouvelle cimenterie est pévue pour le quatrième trimestre 2007. Tout est donc en état de projet, mais qui devra être concrétisé à cette échéance. La construction de cette nouvelle usine permettra à Holcim de renforcer, d’une façon significative, sa présence sur le marché porteur du Centre. Ce sera également une manière pour cette société d’améliorer le niveau du service à ses clients. L’autre société : «Ciments du Maroc» devrait à son tour investir près de 1,58 milliard de dirhams pour réaliser son unité de cuisson à Agadir. Ce même chiffre devrait également permettre à «ciments du Maroc» de moderniser ses sites de Safi et Marrakech.
Ciments du Maroc, filiale du groupe Italcementi, dispose d’une capacité de production de 3,2 millions de tonnes/an. Elle emploie plus de 1.000 salariés et revendique une part de marché d’environ 28% tout en exportant près de 200.000 tonnes par an de clinker et de ciment. Pour renforcer sa présence au Maroc, Italcementi Group avait, rappelons le,  envisagé un doublement de la capacité de production de son usine d’Agadir. Ceci avec un investissement d’environ 90 millions d’euros. La nouvelle usine pourra être opérationnelle à l’horizon 2008 et portera la capacité de production totale à 2 millions de tonnes de ciment par an. Ce projet permettra, en plus à l’usine d’Agadir, de parfaire ses performances environnementales.
Enfin, le cimentier Lafarge est lui aussi de la partie. Il ne compte pas faire cavalier seul et rejoint les cimentiers pour augmenter ses investissements. Pour rappel, Lafarge avait construit sa dernière cimenterie à Tétouan et qui lui a demandé un investissement de près de 1,47 milliard de dirhams.
Aujourd’hui, ce cimentier veut investir dans l’extension de son unité à Bouskoura. Mais ce n’est pas tout, les investissements toucheraient également la mise à niveau des sites de Meknès et de Tanger. Par ailleurs, les cimentiers marocains ne sont pas les seuls à se lancer dans cette vaste opération d’investissement. En effet, les autres groupes internationaux implantés dans le pays veulent investir 5,845 millions d’ici à l’horizon 2005. Les cimentiers semblent être focalisés sur les investissements. Le seul moyen, d’après eux, de contrer la baisse de production du ciment est d’influencer l’augmentation de la demande.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *