«Une fédération pour tous les promoteurs»

«Une fédération pour tous les promoteurs»

Aujourd’hui Le Maroc : Pourquoi la création d’une nouvelle fédération de l’immobilier ?
Youssef Iben Mansour : D’aucuns ignorent les péripéties de l’élection d’un nouveau prétendant pour l’actuelle Fédération nationale de l’immobilier (FNI) qui a duré plus d’une année et dont les détails ont largement été rapportés par la presse nationale.
Rachid Jamaï, dans l’incapacité de briguer un troisième mandant, puisque les statuts de la CGEM l’interdisent, voulait coûte que coûte préserver son fauteuil de président de cette instance. Après moult blocages, un accord a finalement été trouvé et à abouti au choix de Jawad Bennani Ziatni en tant que président. Mais lors de l’assemblée générale élective de laquelle l’ALPIC s’est retirée, nous avons été surpris de voir M. Jamaï élu en tant que 1er vice-président. M. Bennani étant tout le temps à Fès, il était clair que la gestion effective des affaires de la fédération allait choir à M. Jamaï. Les protestataires ont créé un comité de création d’une nouvelle entité qui aurait pour nom la Fédération marocaine des promoteurs et constructeurs (FMPC). Ce comité comprend tous les grands promoteurs casablancais auxquels se sont joints d’autres promoteurs de Marrakech et d’Agadir. L’Assemblée créative aura lieu dans la seconde quinzaine du mois de février. Ce n’est donc pas un luxe que nous nous sommes offerts en créant une nouvelle entité. La décision de créer une nouvelle fédération de l’immobilier est motivée par une volonté de changement, du moment que la gestion de M. Jamaï a montré ses limites.
Ne s’agit-il pas d’une bagarre autour de l’habitat social ?
Le secteur d’activité est effectivement dominé, aussi bien en termes de quantité que de par l’engagement sans faille de l’Etat, par les logements destinés à l’habitat social. Le besoin est énorme notamment de la part des ménages à faibles revenus. Plusieurs groupes ont ainsi vu le jour depuis le lacement de cette politique étatique. Ils sont naturellement en concurrence sur ce marché-là. Cependant, que quelques-uns de ces groupes soient représentés au sein des instances dirigeantes de la fédération existante au détriment d’autre n’est pas une chose normale. La nouvelle organisation est ouverte à tous les acteurs du marché, aussi bien les grands groupes que les moyens et les petits. Elle a la volonté d’être fédératrice de tous les acteurs et de défendre les intérêts de tous, même si ceux des grands groupes, qui sont dans le social, diffèrent totalement de ceux des promoteurs actifs dans le moyen ou le haut standing. Par moment, ces intérêts sont contradictoires.
Comment comptez-vous y arriver ?
A travers une vision globale qui prendra en compte le marché et les promoteurs. Accompagner moralement tous les grands groupes pour qu’ils puissent répondre à la demande de plus en plus grande en logement, notamment celle formulée par l’Etat, tout en gardant les intérêts des petits et moyens promoteurs, est une priorité pour la nouvelle fédération.
En prenant en compte justement ce marché-là, n’avez-vous pas peur que l’existence de deux fédérations ne soient plutôt un frein à son développement ?
L’existence de deux fédérations est effectivement anti-productive et pose le problème de la représentation du secteur vis-à-vis de l’Etat, des agences urbaines et des autres instances actives dans le domaine de l’habitat et de l’urbanisme. Il est clair que le secteur n’avait pas besoin de cette division et de cet éclatement.
Les défis auxquels notre pays doit faire face en la matière sont énormes et le privé est un partenaire de premier choix. Mais nous sommes arrivés à cette situation de dualité parce que la FNI se trouvait dans une impasse. Les promoteurs à l’initiative de la création d’une seconde fédération n’avaient pas le choix. Ils ont essayé avec l’ancienne équipe dirigeant de la FNI pour éviter cet éclatement. Malheureusement, la porte est restée fermée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *