Une reprise confirmée pour le BTP

Une reprise confirmée pour le BTP

Ventes de ciment en augmentation, hausse constante des crédits immobiliers et regain de dynamisme de l’emploi dans le secteur

L’embellie se confirme pour le BTP marocain. Certes, le secteur est passé par une conjoncture morose, toutefois la reprise commence à se faire sentir. D’ailleurs c’est ce que constatent les professionnels du secteur depuis le début de l’année. 2016 semble être, en effet, une année de rupture avec la phase difficile ayant impacté la productivité du secteur. Aux dernières statistiques, les indicateurs du BTP se sont redressés sur plusieurs niveaux, notamment en termes de consommation de ciment au niveau national. Le volume des ventes a augmenté de 8,4% durant le mois d’octobre. Une hausse qui a permis de relever le cumul des ventes des cimentiers à 0,9% sur les dix premiers mois de l’année après une hausse de 0,4% à la même période de l’année précédente et une baisse de 5,1% en 2014.

Le secteur du BTP a également contribué à consolider l’employabilité au Maroc, notamment au troisième trimestre de l’année. Au moment où l’ensemble des secteurs a affiché une stagnation, le BTP a poursuivi, pour sa part, sa dynamique de création d’emploi. Le BTP a créé à fin septembre 52.000 nouveaux postes, soit une hausse de 5,3%. Sur le marché financier, les entreprises œuvrant dans le BTP ont affiché une capitalisation en hausse de 6,8%. La dynamique du secteur se confirme également par l’accélération des crédits bancaires alloués au secteur de l’immobilier. A fin septembre 2016, l’encours s’est chiffré à 246,4 milliards de dirhams, en amélioration de 2,4% par rapport à la même période de l’année précédente. Une évolution tirée principalement par la progression des crédits destinés à l’habitat. Ces derniers ont atteint un encours de 6,6 milliards de dirhams, en amélioration de 3,7%.

En parallèle aux tendances du secteur, le BTP marocain s’aligne aux mutations mondiales en matière d’assistance technique et de financement. Les professionnels du secteur ne cessent de manifester leur engagement dans ce sens. Les derniers engagements ont été formulés en marge de la COP22 où les professionnels du secteur ont présenté leurs actions en termes d’efficacité énergétique et de lutte contre les changements climatiques. L’intégration des préoccupations environnementales et énergétiques dans l’acte de construire est désormais un impératif pour les constructeurs, architectes et décideurs. Compte tenu de cette mobilisation et des engagements portés par le Maroc, le Royaume a été identifié aux côtés du Mexique, du Sénégal et la de Tunisie pour déployer la phase initiale du Programme efficacité energétique dans les bâtiments (PEEB). Ce programme, lancé en marge de la COP22, souligne l’importance de l’assistance technique dans le développement de l’efficacité énergétique des bâtiments dans les pays émergents et en développement. Inscrit dans le cadre de l’alliance mondiale pour les bâtiments et la construction, ledit programme contribuera à la création d’une facilité internationale de coordination de l’assistance technique et de l’investissement dans l’innovation en matière d’efficacité énergétique dans les bâtiments. C’est dans cette perspective que le Maroc a procédé à la signature d’une lettre d’expression d’intérêt de coopération  en vue de soutenir le développement de l’efficacité énergétique ainsi que  de promouvoir les normes de transparence et de gouvernance dans le secteur de la construction. Le Maroc s’engage donc à limiter les impacts climatiques négatifs sur l’environnement liés à l’utilisation de l’énergie dans le secteur du bâtiment et ce en utilisant des technologies et des solutions énergétiques durables.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *