Urbanisme : le dynamisme de la ville de Fès

Urbanisme : le dynamisme de la ville de Fès

La ville de Fès connaît une véritable dynamique en matière d’habitat et d’urbanisme. En témoignent les chiffres rendus publics par l’Agence urbaine et de sauvegarde de Fès (AUSF) sur son site Internet. Ainsi, plus de 2.800 projets ont été instruits par l’Agence durant l’année 2004. La répartition territoriale fait ressortir la prédominance de la préfecture de Fès, avec 327 projets qui ont reçu l’avis favorable, soit 67% du total, suivie des provinces de Moulay Yâacoub et de Sefrou avec respectivement 38 et 36 projets.
Autre chiffre très important, 675 projets relèvent de la catégorie « grands projets », informe le site Web de l’Agence qui fait également état de 598 infractions constatées par les brigades mixtes de contrôle des chantiers ouverts à l’urbanisation rappelant que quelque 2.579 dossiers de projets, toutes catégories confondues, ont été déposés auprès de l’AUSF en 2003, dont 2.100 ont reçu l’avis favorable. Selon la même source, environ 444 infractions ont été enregistrées dans la préfecture de Fès, soit 74%, 149 à Sefrou et 5 à Moulay Yâacoub, relevant que 473 infractions constatées au niveau de la région Fès-Boulemane sont de type «construction sans autorisation» ; 85 de «construction non conforme au plan autorisé» et 18 autres concernant le «changement d’affectation».
Pour ce qui est de l’année 2005, de nombreux projets de développement urbain seront lancés, nécessitant une enveloppe budgétaire globale de l’ordre de 350,24 millions de dirhams. Ces nouveaux projets, qui seront réalisés en partenariat avec les administrations publiques concernées, s’inscrivent dans le cadre de la mise à niveau urbaine de la ville initiée en 2003 et portent essentiellement sur la restructuration des quartiers sous-équipés de Sahrij Gnaoua et Jnanates, la réhabilitation du Centre touristique Moulay Idriss, Quaraoyuine, Sidi Ahmed Tijani en médina, la restauration de la medersa Attarine, la résorption de l’ensemble des poches bidonvilloises restantes en ville nouvelle, ainsi que la mise à niveau des quartiers artisanal de Benjellik et industriels de Dokkarat et Sidi Brahim.
La restructuration des quartiers sous-équipés dans le secteur nord de la ville, Jnanates et Sahrij Gnaoua, concerne les équipements relatifs notamment à l’assainissement (pose de conduite), l’établissement des voies, l’amélioration de l’éclairage public, ainsi que l’aménagement des espaces verts et l’intégration d’équipements de proximité. Le coût de ce projet, qui sera réalisé entre 2005 et 2007 par le holding Al Omrane, est évalué à 92,26 millions de dirhams et sera financé par la préfecture de Fès, la Commune et la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *