Villes sans bidonvilles : l’assainissement en marche

Villes sans bidonvilles : l’assainissement en marche

Au Maroc, quelque 230.000 ménages vivent dans des bidonvilles. Il s’agit là d’un chiffre lourd qui handicape sérieusement le développement socio-économique du pays. Pour résoudre ce problème, un programme spécial de lutte contre l’habitat insalubre a été mis en place. Intitulé « Villes sans bidonvilles », il a l’ambition de concerner 70 villes marocaines.
Quinze d’entre elles concentrent près de 70 % de la population bidonvilloise (Casablanca et périphérie, axe Rabat-Salé-Témara et Agadir). « Villes sans bidonvilles» bénéficiera ainsi à 212.320 ménages. Il vise à l’horizon 2010 la résorption de l’ensemble des bidonvilles en milieu urbain (1.000 bidonvilles) pour un coût estimé à 11,23 milliards de dirhams, dont 3,575 milliards de subventions de l’Etat.
La particularité de ce programme est qu’il associe tous les partenaires intéressés, départements ministériels, entreprises publiques, secteur privé et associations avec pour objectif l’éradication totale des bidonvilles. « Ce programme est également l’expression d’une politique fondée sur la  solidarité et le partenariat », a, à plusieurs reprises, déclaré le ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, Taoufik Hejira.
Ce programme concerne deux sortes de projets : les conventionnés et ceux encore à programmer. Les projets déjà conventionnés concernent des opérations subventionnées par l’Etat et dont l’exécution a déjà fait l’objet de conventions entre le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et les organismes sous sa tutelle (Al Omrane, Eracs et les opérateurs relevant de la CDG). Ces opérations concernent près de 68.290 ménages dont 7.600 ont bénéficié  d’opérations de recasement ou de relogement. Quant aux nouvelles opérations à programmer, elles intéressent près de 144.030 ménages et seront engagées entre 2004 et 2005.
Le programme arrêté pour 2004 concerne 193.356 ménages bidonvillois. En fait, huit contrats (Rabat, Salé, Méknès, Kénitra, Mohammédia, Chellalalat, Fès et Béni Khlef) ont été signés entre juillet et octobre 2004. Les villes de Rabat, Salé, Méknès et Kénitra totalisent à elles seules 33.485 ménages bidonvillois. D’autres contrats sont en cours de finalisation avec les partenaires locaux  (communes, autorités ), dont ceux d’Agadir, de Marrakech, Larache, El Jadida et Sidi Bennour.
Le coût global de cette première tranche est estimé à quatre milliards de dirhams.
Les subventions de l’Etat (FSH) pour ces nouvelles opérations s’élèvent à 1,47 milliard de dirhams. Pour le suivi de l’exécution de ce programme, un comité central de suivi a été mis en place avec pour mission de superviser sa mise en œuvre et son évaluation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *