Inclusion financière : Bank Al-Maghrib et la GIZ se concertent

Inclusion financière : Bank Al-Maghrib et la GIZ se concertent

L’accent a été mis sur les différents instruments de financement au profit des TPE et ME

L’inclusion financière définit la possibilité pour les individus et les entreprises d’accéder à moindre coût à toute une gamme de produits et de services financiers utiles et adaptés à leurs besoins proposés par des prestataires fiables et responsables.

Dans le cadre de la célébration de la Journée arabe de l’inclusion financière, Bank Al-Maghrib a organisé, mercredi à Agadir, en collaboration avec la Fondation marocaine pour l’éducation financière et la Coopération allemande GIZ, un séminaire sous le thème «Instruments de financement de la micro-entreprise, de l’auto-entrepreneur et de la très petite entreprise». Les participants à ce séminaire ont mis l’accent sur les différentes formes de financement des ME et TPE suivant leur cycle de vie (création, exploitation, investissement/développement), les instruments d’appui au financement, ainsi que les acteurs de l’écosystème financier.

En effet, selon la Banque mondiale, l’inclusion financière définit la possibilité pour les individus et les entreprises d’accéder à moindre coût à toute une gamme de produits et de services financiers utiles et adaptés à leurs besoins (transactions, paiements, épargne, crédit et assurance) proposés par des prestataires fiables et responsables. Depuis 2010, plus de 55 pays ont pris des engagements en faveur de l’inclusion financière et plus de 30 pays ont déjà lancé une stratégie nationale à cet effet ou en sont à la phase de conception. Dans ce sens, une personne est en bonne santé financière quand elle veille à l’équilibre entre les dépenses et les revenus et épargne pour construire et préserver des réserves et gère ses dettes existantes et a accès à des ressources potentielles.

Les Nations Unies considèrent l’inclusion financière comme un facteur important d’efficacité économique et d’équité sociale. Elle contribue à 9 des 17 objectifs de développement durable. D’ailleurs, les principaux piliers de l’inclusion financière reposent sur trois axes : le premier porte sur l’éducation financière à travers le renforcement des capacités des citoyens (particuliers ou entreprises), l’amélioration de leur connaissance du système financier (ses services et ses risques) pour faire des choix raisonnés, prendre des décisions informées, et saisir les opportunités. Le deuxième axe porte sur la protection du consommateur via un traitement équitable et transparent des consommateurs des services financiers et la mise en œuvre des dispositions réglementaires et des actions de contrôle des institutions financières, et l’instauration des canaux accessibles pour la résolution à l’amiable des différends.

Tandis que le dernier axe porte sur l’offre de services financiers appropriés, accessibles, abordables, adaptés aux besoins, et durables. Rappelons que la Journée arabe de l’inclusion financière a été adoptée en 2016 à Rabat par les banques centrales arabes et le Fonds monétaire arabe lors de la 40ème session du Conseil des gouverneurs des banques centrales et des instituts d’émission arabes. Cette journée célébrée le 27 avril de chaque année est une occasion pour les autorités publiques de réaffirmer leur engagement à poursuivre leurs efforts pour atteindre les objectifs d’inclusion financière tout en veillant à la stabilité financière et l’intégrité financière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *