Indicateurs préliminaires des échanges extérieurs: Le déficit commercial tend à s’aggraver

Indicateurs préliminaires des échanges extérieurs: Le déficit commercial tend à s’aggraver

Le déficit commercial se creuse de 13,9 milliards de dirhams (MMDH). Les résultats préliminaires des échanges extérieurs des huit premiers mois de l’année courante relèvent une augmentation des importations de biens (+16,3 MMDH) plus importante que celle des exportations (+2,4 MMDH).

Les importations ont bondi de 6,5% (soit 267,6 MMDH contre 251,4 MMDH). Cette situation est due en premier lieu à l’augmentation des achats de biens d’équipement (+14 MMDH). En second lieu viennent les produits finis de consommation qui ont augmenté de 7,4 MMDH, puis des demi-produits (+4,5 MMDH), suivis des produits alimentaires (+4,2 MMDH).

Cependant, cette évolution a été ralentie par la diminution des approvisionnements en produits énergétiques (-11,6 MMDH) tels que le gaz et l’huile brute de pétrole mais aussi en produits bruts (-2,2 MMDH). En excluant les produits énergétiques, les importations atteignent une hausse de 13,6% ou +27,9 MMDH, indique l’Office des changes.

Les ventes de phosphates et dérivés du Royaume ont connu une diminution à terme des huit premiers mois de l’année 2016 par rapport à l’année précédente. La baisse a atteint 12,5%, soit -3,8 MMDH à fin août dernier. Toutefois, les exportations de biens s’inscrivent en hausse de 1,7%, ce qui représente 147,3 MMDH au lieu de 144,9 MMDH à fin août 2015. Ces chiffres sont principalement dus à la hausse des exportations du secteur automobile (+4,6 MMDH), de l’«agriculture et agroalimentaire» (+2 MMDH) et du secteur textile et cuir (+1,1 MMDH).

Le déficit commercial s’établit ainsi à 120,3 MMDH à fin août dernier contre 106,5 MMDH en comparaison avec la même période de l’année précédente. Le taux de couverture a connu la même tendance en passant de 57,6% à 55%, précise l’Office.

S’agissant des flux des investissements directs étrangers (IDE), une baisse a été enregistrée de 36,6% (soit -7,9 MMDH). En effet, ils sont passés de 13,6 MMDH à 21,5 MMDH à fin août 2015. Une situation qui reflète la régression des recettes (-19,5% ou -5,2 MMDH) conjuguée à la hausse des dépenses (+50,6% ou +2,7 MMDH).

Les recettes des Marocains résidant à l’étranger ont réalisé une nette progression passant de 4,8% 42,7 MMDH à fin août 2016 à 40,7 MMDH au titre de la même période de l’année précédente.

Raniya El Meknassi

Journaliste stagiaire

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *