Industrie céramique : Les engagements communs de l’Apic et l’Apisa

Industrie céramique : Les engagements communs de l’Apic et l’Apisa

L’entente officiellement scellée entre producteurs, importateurs et distributeurs

Les deux protagonistes mettent fin à leur désaccord qui a duré plus d’une dizaine d’années. L’Association professionnelle de l’industrie céramique (Apic) et l’Association nationale des professionnels de la céramique et du second œuvre (Apisa) indiquent dans ce sens avoir franchi un nouveau palier dans leur coopération.

Un nouveau chapitre s’ouvre entre producteurs et importateurs nationaux de carreaux céramiques. Les deux protagonistes mettent fin à leur désaccord ayant duré plus d’une dizaine d’années. Une réconciliation marquée par l’entente scellée entre l’Association professionnelle de l’industrie céramique (Apic) et l’Association nationale des professionnels de la céramique et du second œuvre (Apisa). Les deux parties indiquent avoir franchi un nouveau palier dans leur coopération.

La vision conjointe dévoilée mercredi 13 décembre à Casablanca tend principalement à défendre l’intérêt du consommateur national et de le protéger. «De par cette coopération nous visons l’avenir. Nous voulons construire quelque chose de nouveau et se faire confiance les uns les autres», a souligné dans ce sens Mouhcine Lazrak, président de l’Association professionnelle de l’industrie céramique. Pour sa part, Youssef Belkaid, président de l’Association nationale des professionnels de la céramique et du second œuvre, met en relief l’aspect innovant que revêt cette entente. «C’est pour la première fois au Maroc que deux associations en conflit se mettent ensemble en faveur du marché domestique qui s’étend aujourd’hui au-delà des frontières marocaines», explique-t-il. L’alliance Apic et Apisa a été couronnée par la conclusion d’une déclaration de principe à travers laquelle les deux organisations s’engagent à unifier leur action en faveur d’une production nationale de qualité conforme aux standards internationaux.

Les deux parties s’engagent par ailleurs à coopérer ensemble sur le marché domestique tout en encourageant les activités à l’export et en professionnalisant le métier d’importateur et de distributeur de carreaux céramiques.

De ce fait, l’Apic et l’Apisa se sont mises d’accord sur un certain nombre d’actions à entreprendre. En premier, les deux associations s’engagent à mettre en œuvre en vue d’organiser au moins deux fois par an des rencontres durant lesquelles seront débattues les difficultés du secteur sur le marché national et à l’export.

Ces rencontres permettront également d’apporter des solutions constructives et de définir les projets à mettre en œuvre, et ce dans l’optique de développer des activités communes et renforcer la coopération entre les parties. Il sera procédé à cet égard de privilégier les relations de commerce entre les deux parties. Des projets communs sont à mener en vue de permettre le bon développement des activités de chaque partie aussi bien sur le marché local qu’à l’export.

Un positionnement à renforcer en Afrique et au Mena

A l’international, les membres de l’Apic et l’Apisa devraient réfléchir aux démarches et synergies à créer pour privilégier le partenariat marocain. La finalité étant de faire du Maroc une plate-forme continentale unique de la céramique sur les marchés à l’export, notamment en Afrique et au Mena. Parmi les engagements fixés dans ce sens figure également l’élaboration d’une étude prospective de positionnement du secteur des carreaux, avec l’appui du Secrétariat chargé du commerce extérieur (SECE). Se référant aux présidents des deux associations, ces études contribueront au déploiement d’un plan d’action permettant au secteur de renforcer son positionnement sur divers fronts.  Parmi les facteurs qui déterminent le renforcement du positionnement du secteur sur le marché local et international on cite la qualité. C’est dans cette optique que les deux protagonistes développeront des projets de normes ou règlements à présenter aux autorités compétentes.

Vers la professionnalisation du métier d’importateur

Un cahier des charges devrait être mis en place prochainement. Tel que convenu entre les deux parties, ce dispositif à appliquer par les importateurs devrait fixer les exigences minimales relatives aux spécificités techniques des marchandises et aux capacités matérielles organisationnelles et humaines à respecter. Les deux parties s’engagent à défendre ce cahier des charges auprès des autorités compétentes assurant que ce dispositif ne constituerait pas une barrière à l’établissement d’un nouvel opérateur sur le marché.

Une production locale à promouvoir

S’agissant de cet axe, l’Apisa se dit prête à promouvoir le label Made in Morocco dans le domaine des carreaux céramiques. Pour leur part, les membres de l’Apic s’efforceront de recourir à un réseau de distribution pour la vente de leurs produits aux projets immobiliers. De même, les deux associations entameront conjointement une démarche auprès des autorités compétentes pour mettre en place les moyens de lutte contre la contrebande de carreaux. De même, l’Apic et l’Apisa  solliciteront le secrétariat d’Etat chargé du commerce extérieur pour l’élaboration d’un dispositif de veille sur les importations de carreaux originaires d’Espagne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *