Industrie pharmaceutique: Un excédent commercial de 7,8 MMDH à l’horizon 2020

Industrie pharmaceutique: Un excédent commercial de 7,8 MMDH à l’horizon 2020

«Médicaments et dispositifs médicaux» se sont dotés de leurs propres écosystèmes. Ce nouveau pas permettra au Maroc de jouer un rôle central d’expertise et de référence dans la région.

La performance se renforce en industrie pharmaceutique. Le secteur vient de conclure trois contrats de performance pour accompagner deux grandes filières. «Médicaments et dispositifs médicaux» se sont dotés jeudi de leurs propres écosystèmes. Ces outils d’appui couvriront l’ensemble de la chaîne de valeur depuis le développement jusqu’à la commercialisation.

«Nous sommes aujourd’hui capables d’assurer une production aux standards internationaux, tout en offrant aux opérateurs du secteur des coûts de production compétitifs et une proximité aux grands marchés de consommation. Ce sont des atouts certains que les écosystèmes vont indéniablement renforcer», explique dans ce sens Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Les écosystèmes permettront, en effet, de combler les limites qui empêchent l’expansion du secteur. Parmi les lacunes à pallier : la forte dépendance aux importations, l’étroitesse du marché local, la sous-utilisation des capacités de production de médicaments et la fragmentation du tissu industriel des dispositifs médicaux.  Ce nouveau pas qui vient couronner un demi-siècle de développement du secteur permettra au Maroc de jouer un rôle central d’expertise et de référence dans la région aussi bien en matière de production de médicaments que de produits de santé.

Des chiffres ambitieux

Inscrit dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, cet élan donné à l’industrie pharmaceutique devrait générer à fin 2020 une valeur ajoutée de 4,2 milliards de dirhams. L’excédent commercial se chiffrerait à 7,8 milliards de dirhams. Ainsi, le chiffre d’affaires direct du secteur devrait grimper d’environ 11,1 milliards de dirhams. En termes d’emploi, cette accélération devrait se traduire par la création entre 4.700 et 5.000 nouveaux emplois directs à forte valeur ajoutée.

6 mesures à engager

En termes d’accompagnement prévu pour les entreprises, le contrat-programme prévoit 6 mesures. Il s’agit en effet du déploiement d’un plan de démarchage des investissements directs étrangers, en l’occurrence des CRO internationales (organisation de recherche clinique par contrat), des centres de recherche et universités internationales ainsi que des producteurs d’appareils et d’équipements électroniques. S’agissant des appels d’offres publics, la préférence nationale sera introduite.
Le secteur se dotera également de mesures réglementaires ciblées, à savoir : des décrets d’application de la loi sur les essais cliniques, la certification des sites, la garantie de la protection des brevets, les décrets relatifs aux biosimilaires et aux dispositifs médicaux. Suivra également l’instauration des mesures stimulant l’intégration locale ainsi que la mise en place d’un plan de formation couvrant 100 % des besoins des écosystèmes.
En vue de faciliter l’accès au foncier, 8 hectares seront mis à la disposition des opérateurs pharmaceutiques et ce à des prix compétitifs.

Deux filières et un positionnement renforcé

Essais cliniques, ingrédients pharmaceutiques actifs et packaging, fabrication locale et export de médicaments biosimilaires… Ce sont les 4 activités principales de l’écosystème «médicament». A terme, ces pôles devront positionner le Maroc en tant que destination forte des essais cliniques internationaux et de niche de principes actifs et d’emballages. Le médicament marocain renforcera ainsi son positionnement sur le marché local. De même, de nouveaux débouchés seront ouverts à l’export. Pour sa part, la filière « Dispositifs médicaux » recèle d’énormes opportunités et potentiels de développement. A l’horizon 2020, les pronostics tablent sur une croissance potentielle de 7% par an du marché marocain et de 11 % du marché africain. Les écosystèmes relatifs à cette filière favoriseront essentiellement l’émergence de producteurs nationaux de consommables pour le marché national et l’export, ainsi qu’un meilleur positionnement du Maroc en tant que plate-forme de délocalisation pour la production d’appareils et d’équipements électroniques.

secteur-des-industries-pharmaceutiques

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *