Industrie : Utilisation des chauffes eau : 25 morts au cours des six derniers mois

Le département de l’industrie et du commerce a précisé, dans un communiqué parvenu jeudi à la MAP, que ces opérations de contrôle ont abouti à 78 prélèvements sur les chauffes eau, ajoutant que suite à l’annonce des derniers accidents, ses services, particulièrement la direction de la normalisation et de la promotion de la qualité (DQN), "ont été invités à collecter auprès des autorités locales le maximum d’informations, notamment pour identifier les produits incriminés et mener des investigations plus approfondies tout en renforçant les opérations de contrôle".

Les résultats des essais disponibles à ce jour portent sur 6 dossiers dont 5  sont conformes et un présentant un écart par rapport à la qualité de la combustion et qui fera l’objet de poursuite judiciaire, étant entendu qu’il est  suspendu de la commercialisation à l’instar de tous les produits soumis à ces opérations de contrôle, le reste est en cours d’essais, a souligné la même source.

Sur la base des résultats des contrôles effectués sur les chauffes-eau, notamment à l’importation, le ministère a constaté que ces appareils "sont techniquement conformes aux exigences des normes obligatoires".

La mort par inhalation de gaz, soulève le problème de l’installation des chauffes eau à gaz à l’intérieur des salles de bain, alors que ces appareils doivent être placés dans des espaces ouverts, bien aérés et avec une canalisation d’évacuation, explique par ailleurs le ministère, ajoutant qu’en respectant ces règles, même en cas de défaillance technique due notamment à l’extinction de la flamme de la veilleuse, ou du au non fonctionnement du système d’allumage pour les appareils automatiques, le gaz dégagé non brûlé serait dégagé vers l’extérieur.

Le ministère a mis l’accent également sur la nécessité de confier l’installation et la réparation de ces appareils à des professionnels qualifiés, et éviter le recours au matériel usagé qui souvent a fait l’objet de réparation par des personnes non qualifiées et l’utilisation de pièces de rechanges qui ne sont pas d’origine.

Il y a lieu de signaler à ce sujet que les produits domestiques de chauffage, qui regroupent les chauffes eau et les appareils de chauffage individuels, aussi bien ceux électriques que d’autres fonctionnant au gaz, ont été parmi les premiers produits à être soumis à des normes marocaines obligatoires, en raison des risques que peuvent engendrer les défaillances de tels produits, a rappelé la même source.

Le département de l’Industrie et du Commerce a précisé par ailleurs qu’il a mené plusieurs actions de sensibilisation auprès des opérateurs, pour assurer le respect des règles de sécurité de ces produits. Ces actions ont été réalisées au début de la mise en place du système de contrôle de la qualité des  produits industriels et sont renouvelées pour les nouveaux produits réglementés, ajoute la même source.

Les actions de contrôle sont menées aussi bien au niveau de l’importation, d’une manière systématique, qu’au niveau local, à travers les campagnes de contrôle réalisées par les différentes délégations provinciales de ce ministère, dans le cadre de la décentralisation de ces opérations, rappelle le communiqué.

Au niveau de l’importation, il y a lieu de signaler que l’ensemble des opérations de contrôle opérées à fin 2005 a abouti au traitement d’environ 32.000 dossiers dont plus de 11.100 ont subi des contrôles physiques et 990 prélèvements ont été opérés.

Pour les produits à gaz et accessoires 68 prélèvements ont été opérés, dont 36 sur les chauffes eau à gaz durant la même année, les résultats de ces prélèvements ont démontré la conformité de ces produits aux exigences des normes.

Pour l’année en cours, 28 arrivages de ces produits ont fait l’objet de prélèvements, dont 21 sont conformes et 7 sont en cours d’analyses.

Au niveau du contrôle du marché intérieur, les différentes campagnes menées au cours de l’année 2005 ont abouti à 612 prélèvements dont 84 opérés sur les produits chauffants à gaz. Les produits dont les résultats sont non-conformes aux exigences des normes applicables font l’objet de poursuites judiciaires contre les commerçants concernés et sont interdits à la commercialisation, conclut le communiqué.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *