Industries du transport aérien: 5,3% de croissance annuelle pour le marché marocain d’ici 2033

Industries du transport aérien: 5,3% de croissance annuelle pour le marché marocain d’ici 2033

Lors d’une rencontre tenue le 22 octobre à Casablanca, Airbus, leader de ces industries, a présenté la Airbus North Africa Global Market Forecast 2014-2033.

Focus sur un trafic dont l’évolution a dépassé les 70% en dix ans tenant ainsi tête à toutes les crises. Alors que l’Afrique regroupe 15% de la population mondiale, en termes de demandes, elle n’absorbe que 5%, soit environ 1.000 avions.

Ces chiffres sont, heureusement, appelés à la hausse, comme l’explique Ismail Benbrahim, Market Forecast & Research Analyst chez Airbus. En effet, contrairement aux pays matures ou ce qu’on appelle des économies avancées, les pays émergents connaîtront une hausse considérable en trafic et en demande. Une évolution accompagnée, naturellement, d’une forte croissance du PIB. Dans les pays en voie de développement, cette croissance est de 6% de façon annuelle alors qu’elle ne dépasse pas les 2% dans les pays matures. En 2013, une personne sur cinq a pris l’avion pour se déplacer et dans 20 ans et vu l’amélioration des moyens de vie et la baisse des prix prévues, ce taux augmenterait pour atteindre les deux tiers.

Dans ce sens, les spécialistes s’attendent à une évolution supérieure à la moyenne à la fois pour le PIB et pour la demande d’avions au Maghreb, «l’une des régions les plus dynamiques au monde». Pour le Maghreb, le premier Airbus a été livré en 1980, aujourd’hui, 45 avions d’Airbus y sont opérationnels et «53 autres sont en commande», nous apprennent les organisateurs de cette rencontre. Selon la même source, si l’on exclut la France dont les chiffres ont connu une baisse remarquable, le trafic aérien vers le Maghreb aurait augmenté de 10%. 

Quant au Maroc, compte tenu des prévisions qui estiment une croissance du PIB à hauteur de 4% sur les quatre années à venir et de la valeur du dirham qui commence à s’apprécier sur les marchés internationaux, Airbus demeure «très» optimiste. En effet, si en 1995, 45% de touristes y affluent par avion, aujourd’hui ce pourcentage est de 65%.

Il faut toutefois dire que pour les compagnies marocaines le défi est grand, et l’agressivité de la concurrence du low cost arrivé en 2006 (35% des parts du marché) ainsi que celle des compagnies étrangères demeure fortement présente. «Du moins, jusqu’à ce que la flotte nationale augmente de nombre de sièges et donc applique une réduction sur le prix unitaire», rassurent les spécialistes avant d’ajouter: «D’ici 2033, 5,3% de croissance annuelle sont attendus pour le marché aérien marocain».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *