Infrastructure : L’autoroute Agadir-Marrakech fin prête pour l’année 2010

Les travaux battent leur plein sur l’autoroute reliant Marrakech-Agadir. Cet investissement routier constitue, en effet, un projet d’envergure aux niveaux régional et national. Conscient de l’importance de cette réalisation, le ministre de l’Equipement et du Transport, Karim Ghellab, accompagné du ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime et président de la région Souss-Massa Drâa, Aziz Akhannouch, et d’une importante délégation s’est déplacé sur les lieux pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux au niveau des chantiers de cette autoroute. Une visite qui vient confirmer l’importance de cette réalisation et son impact à la fois économique et social sur le plan régional et national. Si la réalisation de ce projet a demandé la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de 8 milliards DH, elle constitue le dernier maillon de la liaison nord-sud qui a été définie par le schéma d’armature autoroutier national. Les apports de cette autoroute ne sont plus à démontrer, le résultat  sera bénéfique et sur plusieurs niveaux. «Un gain de temps de deux heures est attendu grâce à cette réalisation, alors que la durée moyenne entre Agadir et Marrakech est de quatre heures avec un impact formidable sur la région d’Agadir, le même impact que la ville de Marrakech a connu avec l’autoroute Settat-Marrakech», déclare le ministre de l’Equipement et de du Transport, Karim Ghellab.
«Cette réalisation est encore plus importante dans la mesure où elle traverse les montagnes du Haut-Atlas alors le passage qui sera ainsi fait via l’autoroute  va rendre la ville d’Agadir plus accessible. Une réalisation très importante pour le tourisme, l’industrie et sur les exportations au niveau d’Agadir», souligne M.Ghellab. Il est sûr que cette réalisation sera bénéfique pour les secteurs clés de la région. Les 230 Km qui seront aménagés dans le cadre de cette autoroute auront des retombées multiples sur les deux villes notamment en matière de développement des activités agricoles et du secteur du tourisme. Par ailleurs, le même impact se fera sentir avec la facilitation et la régularité des échanges commerciaux avec l’Europe mais également par le renforcement de l’attractivité des investissements étrangers. Quant à l’état d’avancement, les travaux vont bon train et l’autoroute sera fin prête en 2010. «Les travaux se font conformément au planning et le délai d’achèvement des travaux est fixé à l’été 2010», déclare le ministre.
En pôles touristiques, les deux destinations les plus prisées au niveau national seront ainsi reliées. La région du Souss-Massa-Drâa qui a connu pendant longtemps un grand enclavement malgré ses potentiels économiques faute d’autoroute bénéficiera dorénavant de l’amélioration du niveau de la sécurité routière, de la réduction du temps du voyage et de la diminution des coûts de transport. Néanmoins, le seul blocage enregistré a déjà été éradiqué, s’agissant d’une entreprise travaillant dans le cadre de ce projet et n’ayant pas respecté ses engagements. «L’entreprise qui a été défaillante et qui n’a pas respecté les cahiers de charges et les délais et qui conformément à la réglementation nous avons résilié et adjugé à une autre entreprise qui est marocaine et qui a été retenue par voie d’appel d’offres. L’entreprise est aujourd’hui sur le terrain et elle rattrapera le retard», souligne M.Ghellab. Ainsi et selon les prévisions, l’autoroute sera opérationnelle en 2010, sachant que les travaux de construction ont démarré sur tous les tronçons. Des travaux de grande consistance qui bénéficieront, en plus des deux villes Agadir et Marrakech, à la ville de Chichaoua et le centre urbain d’Iminatout. Notant que pour avancer les travaux  dans les brefs délais, l’autoroute Marrakech-Agadir a été subdivisée en huit tronçons. De plus des contrats séparés ont été passés avec des entreprises pour  la réalisation des viaducs sur l’oued Tansift , Nfis et Boulkhrass ( 140 millions DH) ainsi que pour la réalisation du tunnel de Zaouit Mellal qui est d’une longueur de 500 mètres (190 millions DH). Toutes les mesures ont été ainsi prises pour mener à bien cette réalisation qui vient renforcer et moderniser le réseau routier. Notant qu’outre ce projet autoroutier, la région connaît un grand investissement routier. Après plusieurs travaux de maintenance, construction et d’aménagement, la région va connaître dans le cadre du deuxième programme national de routes rurales la réalisation de 1859 Km de routes rurales à la fin du programme en 2012 d’une enveloppe budgétaire de 1412 millions de dirhams et permettant ainsi le désenclavement d’une population de 378 533 habitants.   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *