Infrastructures : Les liaisons routières vont bon train

Infrastructures : Les liaisons routières vont bon train

L’amélioration des réseaux routiers demeure toujours au centre des préoccupations de la nation. L’une des priorités fixées par le pays est de porter à 1.500 kilomètres le réseau autoroutier à l’horizon 2010. Plus de 800 km ont déjà été réalisés depuis 2000. Parmi les plus importants, on trouve la mise en service de l’axe Settat-Marrakech. Cet axe routier revêt une importance capitale puisqu’il permet au Maroc de relier trois importantes régions économiques du Royaume : Le Grand Casablanca, Chaouia-Ouardigha et Marrakech-Tensift-Al Haouz.  
D’autres projets sont en cours de réalisation. L’autoroute relliant Marrakech-Agadir serait opérationnelle en 2009. Elle contourne Marrakech par l’Ouest et passe par Chichaoua, Imintanout, Argana et Amskroun pour arriver à Agadir. Cette liaison a nécessité un coût global de 7 milliards DH. Ce nouveau projet s’inscrit dans le cadre d’une vision royale stratégique pour le désenclavement de ces régions. D’une longueur de 233 km, cette liaison autoroutière permet de relier deux pôles touristiques et économiques très importants du pays. Elle favorise les échanges, essentiellement dans les domaines agricoles entre les régions du sud et du centre. La mise en œuvre de ce projet structurant a été accueillie avec beaucoup de satisfaction notamment par les habitants de la région du Souss. La réalisation de ce projet autoroutier a été rendue possible grâce à la convention signée le 1 er juin 2004 à Agadir,  en vertu de laquelle le Fonds Hassan II pour le développement économique et social déblouqe une neveloppe de 1,5 milliards DH au profit de la Société des autoroutes du Maroc (ADM). Le reste des financements est assuré par le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), le Fonds koweïtien de développement économique arabe (FKDEA), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque islamique du développement (BID) et le Fonds japonais (JBIC). La multiplication des autoroutes vise le désenclavement du monde rural et la réduction du nombre d’accidents. Avec la construction de l’autoroute Marrakech-Agadir, le réseau autoroutier  s’étendra sur près d’un millier de kilomètres du port de Tanger-Méditerranée sur la rive sud du détroit de Gibraltar, à la capitale du Souss, Agadir et sera opérationnelle en totalité en 2009, ce qui favorisera un gain de temps de 6 heures. Elles permettent l’accélération des flux d’investissement entre les différentes régions du Royaume, participant ainsi de manière significative à la croissance de l’économie nationale et au développement  de la capitale  du Souss, deuxième destination touristique du pays. La ville de Béni Mellal sera à son tour reliée au réseau routier. Pour la rocade méditerranéenne Tanger-Saâdia, le dernier tronçon de cet important projet sera fin prêt à l’horizon 2011. Par ailleurs, un nouveau contrat-programme entre l’Etat et la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) vient d’être signé au titre de la période 2008-2015. Ce programme porte sur un investissement de 15 milliards DH et 384 km de nouvelles liaisons autoroutières comprenant le contournement de Rabat sur 41 km, Berrechid-Beni Mellal sur 172 km, El Jadida-Safi sur 140 km et Casablanca-Berrechid  par Tit Mellil sur 30,5 km. Ce nouveau contrat-programme, 2008-2015 rentre dans la politique du gouvernement de poursuivre la réalisation des grands chantiers et de renforcer les réseaux routiers du pays, afin d’arriver à construire 1800 km du réseau routier.   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *