Initiative «Adaptation de l’Agriculture Africaine»: Crédit Agricole du Maroc et Mirova financent les petits agriculteurs subsahéliens

Initiative «Adaptation de l’Agriculture Africaine»: Crédit Agricole du Maroc et Mirova financent les petits agriculteurs subsahéliens

Financer les petits agriculteurs en Afrique subsahélienne, tel est l’engagement pris par le Groupe Crédit Agricole du Maroc et Mirova, filiale du Groupe Natixis S.A dédiée à l’investissement responsable. Les deux parties ont signé, dans ce sens, un protocole d’accord, et ce en marge de la COP22.

Tariq Sijilmassi, président du directoire  du Groupe Crédit Agricole du Maroc
Tariq Sijilmassi, président du directoire
du Groupe Crédit Agricole du Maroc

Ce partenariat, ratifié par Tariq Sijilmassi, président du directoire du Groupe Crédit Agricole du Maroc, et Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, s’inscrit pleinement dans le cadre des orientations de l’initiative marocaine «AAA» visant l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques.

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc et Mirova œuvreront ensemble à l’amélioration de l’accès au financement des projets contribuant à une meilleure adaptation de l’agriculture africaine aux aléas climatiques et à la lutte contre la dégradation des terres.

Dans ce sens, le Groupe Crédit Agricole du Maroc s’engage à mettre ses outils et son savoir-faire à la disposition des partenaires dans les pays en développement africains et à soutenir le développement des projets d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques. Le partenariat scellé avec Mirova vient consacrer l’approche du Groupe Crédit Agricole Maroc dans le financement, l’accompagnement et la promotion de l’agriculture.

Le Groupe compte à son actif une expérience de plus de cinq décennies, permettant le financement de toutes les exploitations agricoles, quel que soit leur taille ou profil de risque. Pour sa part, Mirova est chargée de gérer «LDN».

Ce fonds public-privé d’un montant de 300 millions de dollars est destiné à soutenir et à financer des projets de restauration et de gestion durable des terres.

Ce fonds permet de contribuer à l’atteinte de la neutralité en termes de dégradation des terres (NDT) à l’horizon 2030, conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *