Internet : un outil toujours peu populaire

Malgré la politique allant dans ce sens de dynamiser le nombre d’abonnés à Internet, ces derniers ne dépassent guère 50.000 soit 0,2% de la population. Seulement 25% des entreprises seraient informatisées en 2002. Et quelque 0,58% des foyers disposerait d’un ordinateur. En 2003, le nombre d’abonnés à Internet, entreprises et ménages confondus, est estimé à 0,2% soit 50.000 abonnés. Cette situation est due principalement à 3 facteurs qui sont la faible informatisation des entreprises et des ménages. 25% des entreprises déclarées à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) seraient informatisées en 2002. 10,58% des foyers (1% si l’on ne considère que les ménages urbains) disposeraient d’un ordinateur en 2000 selon l’APEBI. A titre de comparaison, ce taux est de 23% pour la France. A cela, s’ajoutent les coûts élevés des communications et forfaits : si l’on considère un forfait de 25 heures par mois, une heure d’Internet coûte en moyenne 12 DH, ce qui est élevé comparativement au niveau de vie. Aussi, la faible pénétration du téléphone fixe (4,1% de la population disposait en effet d’une ligne fixe en 2002) participe également à cette situation. On estime par ailleurs que 10 à 15% des entreprises ont accès à Internet en 2003, ce chiffre étant de 10% en 1999, selon une enquête du Ministère de l’Industrie et du Commerce auprès de 4.400 entreprises industrielles. On estime également que 5% des entreprises disposent d’un site Internet en 2003, ce chiffre étant de 2% en 1999. La plupart des sites Internet sont des sites vitrines, non dynamiques. Le commerce en ligne demeure très limité du fait du très faible nombre de sites transactionnels, d’une faible bancarisation de la population (1 million de cartes bancaires en circulation en 2002) et d’une mentalité peu encline à ce type de transaction. Quelque 35.000 foyers environ sont connectés à Internet, ce qui représenterait 5% des foyers disposant d’une ligne de téléphone fixe connectés. Cette faiblesse est cependant contrebalancée par la fréquentation régulière de cybercafés, qui sont au nombre de 2.500. On compte ainsi 2,5% d’internautes marocains en 2003 (soit 800.000 personnes), définis comme des personnes qui utilisent l’internet, de chez eux ou d’un autre lieu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *