Investir le champ de la recherche

Tsenue le mercredi 12 décembre à Rabat, la première session du comité ministériel permanent de la recherche scientifique et du développement technologique est décisive à plus d’un titre. La mise en place de ce comité confirme la volonté du gouvernement de combler le déficit enregistré dans ce domaine. Si le Maroc foisonne des compétences de haut niveau, le bilan en matière de recherche scientifique n’est pas à la hauteur. Celle-ci a toujours souffert de la multiplication des intervenants. Ce qui s’est traduit par un manque de coordination tant au niveau de la définition des projets que de la rationalisation des ressources. Ajoutée à cela l’inadaptation des projets aux besoins des entreprises. A ce niveau, le potentiel est énorme. D’où la nécessité d’investir le champ de la recherche appliquée (c’est d’ailleurs la tendance mondiale). L’enjeu est de taille. Il s’agit d’accompagner les entreprises industrielles dans leurs efforts de modernisation. A ce propos, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a mis en place plusieurs projets pour faire bénéficier les entreprises des recherches menées au niveau des universités. Il s’agit à titre d’exemple d’un programme mis en place pour identifier les besoins des entreprises. Sur les 6 500 structures industrielles recensées, 400 sont concernées par ce projet. Pour combler le déficit de coordination que le Premier ministre, M. Abderrahmane Youssoufi, s’est engagé à relancer ce chantier à travers la création d’un comité ministériel permanent de la recherche scientifique et du développement technologique. Cette structure aura pour mission de centraliser l’ensemble des actions engagées dans ce domaine. Le comité travaille pour l’heure sur une stratégie d’objectifs et de moyens. Cette stratégie implique, selon le Chef du gouvernement, l’augmentation des fonds financiers réservés actuellement au secteur de la recherche scientifique, dont le taux est passé de 0,3 à 0,7 % du produit intérieur brut durant la période allant de 1998 à 2001. Le comité aura pour mission de proposer au gouvernement des projets à caractère prioritaire pour leur financement. Il veillera aussi à la mise en oeuvre des programmes en matière de recherche scientifique. Cette structure assura le suivi des plans d’action des commissions issues du comité permanent. En attendant, cette structure se penche sur des questions liées à la fixation des priorités et l’adoption d’un mode d’évaluation global du système de recherche scientifique national

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *